La planification financière : un exercice incontournable

  • Forum
  • Le 12 décembre 2011

  • Marie Lambert-Chan

Faire un budget est une nécessité de la vie et les étudiants n'y échappent pas. Ils vivent une réalité bien particulière et souvent complexe. Ils sont nombreux à vivre de prêts à la fois étudiant, familial et personnel. Certains possèdent plus de deux cartes de crédit. Et l'endettement n'est pas rare.

Les causes de cet endettement étudiant sont multiples. L'une d'entre elles est l'absence de planification financière. Peu de gens aiment s'astreindre à cet exercice qui, pourtant, peut venir à bout de bien des problèmes financiers. «Les étudiants ont du mal à établir un budget parce qu'ils ne savent pas comment faire, remarque Danielle Renaud, conseillère au Bureau de l'aide financière de l'Université de Montréal. Ils ont tendance à sous-estimer leurs dépenses et à surestimer leurs revenus. Et quand ils manquent d'argent, ils font appel au crédit, ce qui peut les entrainer dans un cercle vicieux.»

Voici donc le b.a.-ba de la planification financière.

Déterminer ses objectifs

Pour vous aider à dresser votre budget, déterminez vos besoins en fonction de vos projets. «Évaluez vos objectifs en temps et en argent, c'est-à-dire de quelles sommes vous aimeriez disposer à tel ou tel moment», conseille Danielle Renaud. Par exemple, vous prévoyez partir en voyage à la fin de l'année, ce qui nécessitera 2000$.

Établir son budget

Faites d'abord la liste de vos revenus: gains d'emploi nets, prêts et bourses, retrait du régime enregistré d'épargne-études, aide familiale, etc. Puis, analysez scrupuleusement vos dépenses. «Gardez toutes vos factures pendant un mois et comptabilisez-les dans votre budget», suggère Mme Renaud. À partir de là, cernez vos dépenses de base, comme la nourriture, le logement et les droits de scolarité. «Vous distinguerez alors parmi vos habitudes de dépenses ce qui relève des besoins et des désirs», dit-elle.

Soustrayez vos dépenses de vos revenus. Idéalement, ces derniers devraient dépasser les premiers. Si ce n'est pas le cas, priorisez: est-ce nécessaire de manger tous les jours au restaurant? Ne pouvez-vous pas apporter votre repas?

Confronter le budget à la réalité

Continuez de garder vos factures. Peut-être avez-vous oublié de prendre en compte le cappuccino que vous vous payez à l'occasion. «Cette dépense peut être de trop quand on a de faibles revenus», observe Danielle Renaud.

Les assurances

Il est tentant de supprimer les assurances médicale et dentaire de sa facture de droits de scolarité pour économiser. Pensez-y bien! La note sera salée si vous avez besoin de soins. Songez également à assurer vos biens. «Ce n'est pas une nécessité, mais si vous le faites assurez-vous seulement pour le montant dont vous auriez besoin si vos effets personnels passaient au feu», signale Mme Renaud.

Le fonds de réserve

Épargner n'est pas une tâche aisée quand on a peu de revenus. Danielle Renaud recommande tout de même de mettre une certaine somme de côté, si petite soit-elle. «En cas d'imprévu, vous pourrez vous en servir au lieu de recourir au crédit.» Un truc: programmez des virements automatiques dans un compte où il est difficile de faire des retraits.

Gérer le crédit

Remboursez vos dettes en commençant par les outils de crédit qui ont les plus hauts taux d'intérêt. Si cet exercice est trop difficile, demandez conseil au Bureau de l'aide financière.

Les avantages fiscaux

En tant qu'étudiant, vous bénéficiez d'une foule d'avantages fiscaux. Renseignez-vous. Vous pourriez faire d'importantes économies.

La révision de la planification

Retour au premier point. Une planification financière devrait être révisée mensuellement. La réalité étudiante évolue rapidement. Il en va de même pour les projets, les revenus et les dépenses. «Ce qui est sûr, c'est que plus le temps passera, meilleur vous serez à planifier vos dépenses», assure Danielle Renaud.

(Illustration : Benoît Gougeon)