La Maison de Bernarda Alba de García Lorca

Théâtre Université de Montréal (TUM) présente la pièce La Maison de Bernarda Alba de Federico García Lorca, dans une mise en scène de L. G. Rivera Valerdi, du 10 au 12 février au Centre d'essai de l'Université de Montréal. Poète et dramaturge espagnol, Federico García Lorca campe l'intrigue dans un village espagnol, alors qu'une mère impose à ses cinq filles de garder le deuil pendant huit ans, suite à la mort de leur père. La maison de la famille Benavides Alba devient alors une prison...

 

Les plaies brûlaient comme des soleils, et la mort déposa ses oeufs dans la blessure.

Dans ce grand classique de la dramaturgie espagnole, L. G. Rivera Valerdi propose une mise en scène intimiste, dont la poésie exacerbe les passions des personnages.

Sélectionnés en auditions, quatorze étudiantes de l'Université de Montréal sont de la distribution de La Maison de Bernarda Alba, soient Marie-Philippe Bois, Laurence Boisjoli-Morin, Myriam Bolduc, Sofia Blondin, Gabrielle Chapdelaine, Laurence Clavet, Martine Cuillerier, Marina DeSousa, Lydia Desjardins Duchesne, Josée Desnoyers, Marie Dussably, Ariane Gaillot, Audrey Perreault et Diane Russel.

Metteure en scène et auteure dramatique mexicaine, Lillian G. Rivera Valerdi possède un baccalauréat en mise en scène de la Benemérita Universidad Autónoma de Puebla. Elle vient de compléter, à l'École supérieure de théâtre de l'UQAM, une maîtrise en mise en scène portant sur la théorie du contrepoint, appliquée à la composition gestuelle de l'acteur, ainsi qu'au discours scénique. Elle a dirigé et présenté, au Mexique et au Canada, des spectacles à caractère absurde ou réaliste, surtout à partir de textes de divers auteurs latino-américains contemporains. Au nombre de ces productions : Bony and Kin et Margie de Carlos Canales, Mañana veremos de Gonzalo Hernández Sanjorge, et Nuestra Señora de las Nubes de Arístides Vargas. Elle a aussi mis en scène des monologues : Un paseo encantador de Nini Marshall, Se formó la rumba de Carlos Canales, La Niña Bien, inspiré des articles de Guadalupe Loeza et Les Dires du condamné, de Martin Mercier. Autant d'expériences qui lui ont permis de perfectionner sa technique de direction d'acteurs. Passionnée de création, de musicalité et de corporalité, elle a aussi créé des spectacles à caractère gestuel comme Fuite contre fuite, ou de variétés, comme México Afuera (théâtre, musique, chanson). Elle collabore également aux activités du Centre de création scénique, où elle enseigne le jeu théâtral, en plus de réaliser des mises en scène sur commande. La Maison de Bernarda Alba est sa première mise en scène pour le TUM.

Parce que le théâtre universitaire symbolise le dynamisme des étudiants et de la vie sur le campus, les Activités culturelles des SAE sont fières de présenter, avec La Maison de Bernarda Alba, la deuxième production de la saison 2011-2012 du TUM, qui permet à plus de cinquante étudiants de vivre une expérience de théâtre sous la direction de metteurs en scène professionnels.

Les représentations de La Maison de Bernarda Alba auront lieu les vendredi 10 et samedi 11 février à 20 h, ainsi que le dimanche 12 février, à 14 h, au Centre d'essai, 6e étage du Pavillon J.-A.-DeSève, 2332, boul. Édouard-Montpetit (métro Édouard-Montpetit ou autobus 51).

Pour vivre de grands moments de théâtre, on peut se procurer dès maintenant les billets sur la billetterie en ligne des Activités culturelles au www.sac.umontreal.ca/calendrier.

Prix d'entrée :

Étudiant : Prévente en ligne 7 $ / Porte 10$   Grand public : Prévente en ligne 10 $ / Porte 15$

Sur le WEB