Un financement de 1,85 M$ pour des infrastructures de recherche

Dans le cadre du concours de juin 2011 du Fonds des leaders de la Fondation canadienne pour l'innovation (FCI), l'Université de Montréal et ses centres de recherche affiliés ont obtenu près de 4,5 millions $ pour mettre en place ou améliorer les infrastructures de recherche.

 

Cette somme est constituée de 40 % provenant de la FCI, 40 % du Gouvernement du Québec et 20 % d'autres partenaires. La FCI accorde donc près de 1,85 million de dollars à l'UdeM.

Le programme du Fonds des leaders a pour but de recruter des professeurs de renom et à maintenir en poste les meilleurs chercheurs et c'est dans cet esprit que l'Université a soutenu les projets déposés.

Huit chercheurs ont reçu du financement d'infrastructure afin de soutenir leurs activités de recherche. Il s'agit de :

     

  • Roberto Araya (Département de physiologie)
  • Luis Bruno Barreiro (Département de pédiatrie et centre de recherche de l'Hôpital Ste-Justine)
  • Sylvie Belleville (Département de psychologie et centre de recherche de l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal)
  • Andrés Finzi (Département de microbiologie et immunologie et centre de recherche du CHUM)
  • Carl Gagnon (Faculté de médecine vétérinaire)
  • Alexandre Prat (Département de microbiologie et immunologie et centre de recherche du CHUM)
  • Sébastien Sauvé (Département de chimie)
  • Jacques Thibodeau (Département de microbiologie et immunologie).
  •  

Les différents octrois s'inscrivent tous dans des thématiques stratégiques pour l'Université de Montréal. Dans le domaine du vieillissement, soulignons notamment le travail qui sera réalisé grâce à la subvention obtenue par Sylvie Belleville. En effet, il a été découvert que certaines approches visant à améliorer les capacités cognitives chez les personnes âgées peuvent aussi aider les personnes dans les phases légères de la maladie d'Alzheimer à compenser les pertes cognitives. L'infrastructure permettra de développer des interventions plus efficaces, directement transférables dans les activités complexes de la vie quotidienne et adaptées à tous les stades de sévérité. Au chapitre de l'environnement, grâce à l'acquisition d'un spectromètre de masse sophistiqué, Sébastien Sauvé poursuivra ses recherches sur le devenir environnemental des contaminants émergents organiques (par ex. les produits pharmaceutiques, les cyanotoxines produites par les algues bleu-vert) et leurs effets potentiels.

Le Vice-rectorat à recherche, à la création et à l'innovation tient à féliciter tous les chercheurs pour ces succès.