L'UdeM a formé 3000 bibliothécaires et archivistes

  • Forum
  • Le 6 février 2012

  • Mathieu-Robert Sauvé

La maitrise professionnelle de l’EBSI, qui attire chaque année près d’une centaine de nouveaux étudiants, n’est pas précédée par un programme de baccalauréat dans cette discipline.Plus de 3 000 bibliothécaires et archivistes ont été formés à l'Université de Montréal depuis un demi-siècle grâce au seul département universitaire francophone au Canada à offrir un programme de maitrise en sciences de l'information : l'École de bibliothéconomie et des sciences de l'information (EBSI). «Notre profession est plus que jamais nécessaire compte tenu de la complexité des sources et moyens de diffusion de l'information», explique le directeur, Clément Arsenault, professeur depuis 2001.

 

C'est à l'issue de recherches en études est-asiatiques que M. Arsenault a choisi de se donner une formation spécialisée en sciences de l'information. Sa spécialité est l'élaboration des normes de description bibliographique. «La maîtrise professionnelle qui attire chaque année environ 120 nouveaux étudiants n'est pas précédée par un programme de baccalauréat dans la même discipline. Cela explique qu'on accueille des étudiants issus de nombreux secteurs», commente-t-il. Il y a sept autres programmes de maîtrise en sciences de l'information au Canada, tous en anglais. L'EBSI offre également un programme de maîtrise recherche et un programme de doctorat ainsi que deux programmes de certificats de 1er cycle, un en archivistique et un en gestion de l'information numérique.

Diplôme en poche, les finissants se trouvent du travail dans les bibliothèques, les services d'archives et les centres de documentation, bien sûr, mais aussi dans une multitude d'entreprises et d'organismes qui doivent mettre de l'ordre dans leurs documents et gérer d'importantes quantités d'information.

Clément Arsenault«Le développement du numérique a ouvert la porte à de grands défis pour notre profession, explique M. Arsenault, qui a codirigé avec Jean-Michel Salaün l'ouvrage Introduction aux sciences de l'information (PUM, La Découverte, 2010). Il y a d'immenses enjeux en matière de données numériques, de gestion de l'information et de transfert de connaissances.»

Rédigé par l'ensemble des professeurs de l'EBSI, le livre a été lancé dans la foulée de la révision complète du programme de maitrise. On y fournit «les clés du monde des sciences de l'information en se fondant sur des savoirs pratiques et concrets». On y présente les acteurs, les principales techniques de traitement, de recherche et de diffusion de l'information, les utilisateurs et leurs pratiques informationnelles ainsi que les modèles de gestion stratégique.

Chemin parcouru

Dans l'exposition virtuelle sur les 50 premières années de son histoire, qu'on peut consulter directement sur le site de l'EBSI, on constate le chemin parcouru. C'est en 1961 que l'École est officiellement intégrée à l'Université de Montréal, à la suite du Rapport sur l'organisation de l'École de bibliothéconomie de l'Université de Montréal rédigé par Georges Cartier. Elle existait pourtant depuis 1937 à titre d'«école annexée»; 75 étudiants y étaient alors inscrits.

En 1961, le premier programme de baccalauréat est offert à l'École. Il s'acquiert en un an après le B.A. du collège classique. La première équipe de professeurs est recrutée et comprend Paule Rolland-Thomas, Liana Van der Bellen et Réal Bosa. Des chargés de cours sont engagés pour compléter l'équipe. En 50 ans, l'EBSI a embauché 264 chargés de cours.

Il faudra attendre 1970 avant de voir l'entrée en vigueur du programme de maîtrise. L'École loge alors dans un immeuble du boulevard Édouard-Montpetit. En 1973, elle déménage dans les locaux du Pavillon des sciences sociales, rebaptisé Lionel-Groulx en 1978. C'est là qu'elle loge encore aujourd'hui.

L'École de bibliothéconomie devient l'EBSI en 1984. Le site Web est lancé en 1995. Deux ans plus tard, le programme de doctorat accueille ses premiers étudiants; cette année-là, l'EBSI reçoit le prix de l'Association des archivistes du Québec dans la catégorie «Organisme public».

À la soirée de commémoration du cinquantenaire, le 27 octobre 2011, quelque 150 personnes ont accepté l'invitation de l'EBSI à participer aux retrouvailles. Un colloque a également été organisé dans le cadre de cet anniversaire.

Mathieu-Robert Sauvé

 

Sur le Web