Inscriptions à TEDxUdeM : c'est parti !

Dimanche, le 11 mars prochain se tiendra la première conférence TEDxUdeM, qui sera - pour la première fois en Amérique - multidisciplinaire et organisée dans la langue de Molière. Mise sur pied à l'initiative de deux étudiants de l'UdeM, Renaud Philippe Naubert et Carlos Descovich, à qui s'est greffée toute une équipe d'étudiants bénévoles, la TEDxUdeM aura lieu à la Société des arts technologiques (SAT), sur le boulevard St-Laurent.

 

Selon les règles mises de l'avant par TED, la société mère américaine, seulement 100 participants auront la chance d'assister en personne à la première édition de l'événement alors que des millions d'individus autour du globe auront la possibilité de visionner les présentations sur le Web, en direct ou en différé.

Depuis hier soir jusqu'au 23 février, les personnes désirant y assister doivent remplir un formulaire sur le site Web de TEDxUdeM (www.tedxudem.com/assister ) dans lequel elles doivent préciser leur motivation. «Les candidats devront démontrer un certain niveau de curiosité et une ouverture d'esprit en plus d'avoir déjà pris part à des projets créatifs, précise Philippe Huot, responsable des communications. Nous sélectionnons le public, car il aura un rôle actif à jouer. Tout a été pensé afin d'encourager le partage d'idées et la naissance de nouvelles collaborations entre des personnes d'expertises complètement différentes.»

Ceux qui ne feront pas partie des 100 heureux élus ne seront toutefois pas en reste. La conférence sera retransmise en direct dans un grand auditorium de l'UdeM et tout le monde sera invité à se retrouver pour le cocktail de clôture à la SAT.

TED est une organisation à but non lucratif qui a pour mission de diffuser des idées qui gagnent à êtres partagées. Tenue annuellement à Palm Beach depuis 1984, la conférence consistait à l'origine à rassembler puis diffuser les meilleures innovations issues de ces trois domaines: Technology, Entertainement et Design. Depuis, sa mission s'est élargie à toutes les sphères de connaissance et seuls l'ingéniosité et le potentiel des idées présentées constituent les dénominateurs communs. À la suite de l'explosion de ce phénomène sur la toile, la conférence TED a été décentralisée pour donner naissance à TEDx, conférences organisées de manières indépendantes par diverses communautés locales. Le potentiel de propagation des idées a ainsi été démultiplié: l'année dernière seulement, des conférences TEDx ont eu lieu dans plus de 60 pays.

« Lorsque les étudiants nous ont demandé de les appuyer dans l'organisation de cet événement, nous avons tout de suite accepté, raconte  Guy Breton, le recteur de l'UdeM. Nous avons été très impressionnés par le dynamisme et l'esprit d'entrepreneurship de ces étudiants qui représentent admirablement bien l'excellence de notre campus. »

La rencontre s'appuie sur une programmation riche, variée et fidèle au concept TEDx. Quinze conférenciers de divers horizons auront tout au plus 18 minutes pour exposer leur projet et leurs idées créatives. Onze des quinze conférences seront données en français et quatre en anglais. « Même si c'est une TEDx  à la base et en grande majorité francophone, à l'image de Montréal, nous avons décidé de faire une place aux anglophones, qui ont manifesté le désir de participer aussi à TEDxUdeM », explique Carlos Descovich, co-organisateur de l'événement.

Voici la liste des conférenciers retenus:

Karim Benyekhlef, avocat. Il dirige le nouveau laboratoire de cyberjustice, un projet qui vise à faire prendre le virage technologique au système judiciaire.

Danielle Bergeron, psychiatre. Elle a élaboré un processus clinique où, plutôt que d'être pris en charge à vie par des établissements, les jeunes adultes psychotiques retrouvent leur autonomie.

François Chartier, sommelier. Il est la référence mondiale en harmonie et sommellerie moléculaires, discipline dont il est l'instigateur.

Luc Courchesne, designer industriel et artiste. Il cherche à transformer le spectateur en visiteur, acteur et même habitant des œuvres qu'il crée.

Benjamin Devienne, informaticien et éthicien de jeux vidéos. Il a fondé un groupe de recherche qui s'intéresse aux comportements sociaux à l'intérieur des jeux vidéos.

Vincent Dumez, gestionnaire. Pour lui, l'autonomisation du patient et le développement de ses compétences en matière de soins constituent le cœur des enjeux en santé.

Mohamed Hage, entrepreneur. Son entreprise conçoit, construit et gère des serres sur les toits et lui espère révolutionner l'agriculture. (conférence en anglais)

Mohamed Hijri, microbiologiste. Il codirige un projet mettant à contribution la biologie dans le processus de décontamination.

L'équipe du gant sensoriel, Poly-projet. Cette équipe d'étudiants en génie de l'École Polytechnique a conçu un gant à fibre optique capable d'interpréter le langage des signes.

Sylvain Martel, ingénieur. Avec son équipe, il se penche sur l'application médicale des nanotechnologies et il est à l'origine d'une avancée spectaculaire dans la lutte contre le cancer.

Paula Meijerink, architecte paysagiste. Elle conçoit le design comme un instrument de changement. (conférence en anglais)

Miss Pixels, artiste. Elle est devenue une pionnière non pas de la photographie, mais du phénomène de l'art mobile, l'iPhoneographie.

Moshe Szyf, généticien. Ses travaux prouvent pour la première fois que l'environnement modifie notre bagage génétique. (conférence en anglais)

Francesco Tordini, ingénieur du son. Selon lui, il est possible d'accomplir une révolution dans le domaine de l'audition qui soit aussi marquante que l'ont été les trois dimensions pour l'expérience visuelle. (conférence en anglais)

Daniel Weinstock, éthicien. Il est la référence au Québec relativement aux questions liées au multiculturalisme et à la citoyenneté.

Sur le Web :