Dans la peau d'un incunable

  • Forum
  • Le 20 février 2012

Quelques incunables sont enluminés, c’est-à-dire décorés de riches petites peintures à l’or et aux couleurs vives.En français, le mot latin incunabula signifie «berceau». Un incunable désigne ainsi un exemplaire de ces livres européens imprimés entre 1450 et 1500 qui incarnent l'enfance de l'imprimerie. La Bibliothèque des livres rares et collections spéciales de l'Université de Montréal conserve une quarantaine de ces précieux ouvrages.

 

Malgré leur âge vénérable, ils sont pour la plupart dans un remarquable état de conservation. Plusieurs d'entre eux ont une facture moyenâgeuse avec leurs lourds plats de bois et leurs fermoirs métalliques. Quelques-uns sont même partiellement enluminés, c'est-à-dire décorés de riches petites peintures à l'or et aux couleurs vives, si fréquentes dans les manuscrits médiévaux. Ils sont cependant tous imprimés sur papier, contrairement aux anciens manuscrits rédigés sur de la peau animale, le parchemin. Ce dernier support d'écriture étant relativement rare et cher, nos ancêtres acquièrent très tôt l'habitude de le recycler.

Une des techniques consiste à gratter l'encre d'ouvrages jugés désuets pour récrire par-dessus. Par chance, la trace du premier texte reste et des spécialistes parviennent à le déchiffrer. Au 19e siècle, Angelo Maï, bibliothécaire à la Vaticane, découvrira de cette manière De la République, de Cicéron. Perdu depuis l'époque du célèbre orateur, cet ouvrage se cachait sous un texte de saint Augustin!

On peut aussi briser un manuscrit sans intérêt et réutiliser les fragments de parchemin dans la couvrure ou comme renfort dans des reliures plus tardives. C'est pourquoi plusieurs de nos incunables sont tout naturellement habillés de... chants grégoriens ou de textes médiévaux, certains datant du 14e siècle. Le plus impressionnant est sans doute cette Somme théologique, publiée entre 1481 et 1485, dont chacun des quatre volumes porte deux feuillets de garde en parchemin. Ces huit feuillets, certains avec de belles lettrines colorées, proviennent d'un légendier – texte racontant des légendes entourant la vie du Christ – daté de la fin du 11e siècle!

Pour un bibliothécaire de livres anciens, pas de doute: le recyclage est un geste inestimable!

Normand Trudel
Collaboration spéciale

Nos incunables proviennent de la collection Verreau, de la collection Victor-Morin et de la collection de l'Institut d'études médiévales.

 

Sur le Web