Transmission et héritages de la littérature québécoise

  • Forum
  • Le 27 février 2012

La cohésion de la littérature québécoise semble aujourd'hui aller de soi. Il s'agit pourtant d'un tissage mouvant et continuel de liens avec le passé. Ce livre en fait la démonstration selon trois perspectives contrastées mais complémentaires. Dans une première partie, on s'intéresse à des phénomènes tels que la fabrication de l'histoire littéraire, l'inclusion ou non des œuvres de langue anglaise ou des francophonies canadiennes. La deuxième partie examine l'oubli sélectif de certaines œuvres, comme les textes du 19e siècle, ceux d'auteurs dits mineurs ou encore de genres moins canoniques, comme le théâtre. La dernière partie présente les cas particuliers d'héritages littéraires représentés dans les œuvres elles-mêmes sous la forme de jeux intertextuels, de mises en scène d'auteurs et de lecteurs ou de problèmes d'herméneutique littéraire. Ces trois perspectives font ainsi ressortir les figures, les lieux de mémoire ou les récits qui accompagnent nécessairement la littérature québécoise.

 

Avec les textes de Jennifer Beaudry, Micheline Cambron, Anne Caumartin, Karine Cellard, Robert Dion, Nova Doyon, Dominique Garand, Stéphane Inkel, Yves Jubinville, Vincent C. Lambert, Martine-Emmanuelle Lapointe, Daniel Letendre, Lianne Moyes, François Paré et Lucie Robert.

Sous la direction de Karine Cellard et Martine-Emmanuelle Lapointe, Transmission et héritages de la littérature québécoise, coll. Espace littéraire, Les Presses de l'Université de Montréal, 2011, 265 p., 34,95 $.

 

Sur le Web