Serhiy Salov et le piano Fazioli de la Faculté de musique... au cinéma!

Le film du cinéaste Santiago RuizTorres sur Serhiy Salov, étudiant à la Faculté de musique, sera présenté au Festival international du film sur l’art. La performance magnétisante du pianiste Serhiy Salov, gagnant du Concours international de musique de Montréal en 2004 et étudiant au doctorat à la Faculté de musique de l'Université de Montréal, est au cœur du court métrage Sudden Flashes of Light: An Action Film on the Piano.

 

Ce film de Santiago RuizTorres sera présenté au 30e Festival international du film sur l'art (FIFA). Dans ce court métrage, Serhiy Salov interprète «Fêtes», le deuxième mouvement du triptyque Nocturnes, composé par Claude Debussy.

«Au départ, nous avions choisi Le sacre du printemps, de Stravinski, mais la maison d'édition m'a appris qu'il était interdit de faire un tel projet avant 2042. J'ai donc cherché un autre morceau spectaculaire et j'ai opté pour Debussy», raconte Serhiy Salov, qui a découvert l'UdeM lors du Concours international de musique de Montréal. Le pianiste croit que la pièce plaira parce qu'elle contient une forme d'énergie universelle. «Lorsqu'on la joue isolée des autres du triptyque, on voit qu'elle peut vraiment aller chercher un large public même si elle est très sophistiquée. Toutefois, c'est un bijou plutôt méconnu», affirme le pianiste.

Cette pièce a d'ailleurs été une réelle découverte pour Santiago RuizTorres, qui a lui-même étudié le piano. Il a tourné les images «en temps réel», simultanément à l'interprétation de la musique par Serhiy Salov, plutôt que de superposer, au montage, le son et les images. «Ce que vous entendez, c'est vraiment ce que vous voyez. C'était un grand défi de réaliser la meilleure prise sur le vif!» indique le jeune réalisateur originaire de Colombie maintenant installé à Montréal.

Comme lieu de tournage, Serhiy Salov a proposé la salle Claude-Champagne, de la Faculté de musique. «Je considère que c'est la meilleure salle en ville sur le plan de l'acoustique et elle est très bien adaptée pour Debussy. Aussi, je fais mes examens sur ce piano [un Fazioli], donc je le connais bien», précise le pianiste d'origine ukrainienne qui a fait sa maitrise à la Guildhall School of Music and Drama, à Londres. Pour la prise de son, Santiago RuizTorres a fait appel à Kenny Luong. «C'est un ami et un producteur de musique réputé... pour le heavy metal!» s'exclame le réalisateur.

Un film d'action

Le tournage du court métrage s'est déployé sur trois journées de 14 heures.

«Nous avons tourné un total de trois heures d'images pour arriver à un film de sept minutes», fait observer M. RuizTorres, dont c'était le premier film sur l'art.

La composition de chaque plan a été minutieusement préparée. Les deux artistes ont voulu montrer surtout les doigts du pianiste. «C'était pour mettre l'accent sur la performance. Nous voulions aussi souligner l'aspect mécanique de l'instrument. J'ai donc filmé dans le piano pendant que Serhiy jouait», explique le cinéaste.

Il n'a pas hésité à utiliser toutes sortes de stratagèmes pour ménager différents effets. Il a entre autres mis des lunettes à la caméra pour donner l'impression d'un halo autour du pianiste. Plusieurs petites lampes de poche ont aussi servi à créer des effets de lumière. Le montage a également été soigneusement planifié pour rendre la performance encore plus forte. «C'est pour ces raisons que mon film est comme un film d'action», dit M. RuizTorres.

Au départ, le réalisateur avait pensé intituler son film simplement Fêtes. «J'ai changé d'idée parce que ce n'est pas un film sur la musique, mais un film sur la performance. Par ailleurs, au cours de mes recherches, j'ai appris que Debussy avait écrit que “Fêtes” faisait ressentir la pulsation vibrante et dansante de l'atmosphère évoquée avec de “soudains éclats de lumière”. Le titre du film vient donc de Debussy lui-même!» mentionne Santiago RuizTorres.

Une collaboration prolifique

Serhiy Salov est à l'origine de Sudden Flashes of Light. Il avait envie de toucher au cinéma. Il a rencontré Santiago RuizTorres à la projection d'un de ses documentaires. Par la suite, le réalisateur a vu Serhiy Salov jouer. «J'ai été ébloui. Je lui ai demandé s'il voulait qu'on fasse un film ensemble», se souvient le cinéaste, qui souhaite retravailler avec Serhiy Salov.

Les deux jeunes artistes – Santiago RuizTorres a 31 ans et Serhiy Salov 32 ans – sont très heureux que leur film soit présenté au FIFA. Serhiy Salov ne manquera pas d'assister à la projection. «Je n'ai pas vu la dernière version du film, remarque le pianiste, donc ce sera une surprise. Voir l'œuvre sur écran géant sera aussi certainement fort impressionnant! Si ce film peut être apprécié par un public qui ne va pas forcément au concert, ce sera merveilleux.»

Pour consulter la programmation du festival et l'horaire de projection du film, visitez le site Web du FIFA.

Martine Letarte
Collaboration spéciale

 

Sur le Web