Hommage à Robert Kessler Martin

Robert Kessler MartinLe Département d'études anglaises de l'Université de Montréal pleure la perte de Robert Kessler Martin, un professeur, un collègue et un ami. Robert était un érudit et un spécialiste de la littérature américaine, ainsi qu'un pionnier dans le domaine des études et cultures gaies et lesbiennes (gay and lesbian studies). Nous désirons témoigner toute notre admiration pour son travail de recherche et son enseignement.

 

Après avoir obtenu son baccalauréat de l'Université Wesleyan et son doctorat de l'Université Brown, Robert déménagea à Montréal à la fin des années 60 et accepta un poste à l'Université Concordia. Ses recherches dans le but d'élaborer une tradition homosexuelle dans la littérature américaine furent à la fois courageuses, novatrices et révolutionnaires. Ses monographies The Homosexual Tradition in American Poetry (1979) et Hero, Captain, and Stranger: Male Friendship, Social Critique, and Literary Form in the Sea Novels of Herman Melville (1992) lui valurent une brillante réputation à l'échelle internationale. Il reçut d'ailleurs le prestigieux Pushcart Prize in Gay Studies (1976-1977), le MLA Crompton-Noll Award (1984) et le Feinberg Prize in Whitman Studies (1987).

Au début des années 90, Robert fut recruté par l'Université de Montréal. Dès ce moment, et jusqu'au début des années 2000, il transforma le Département d'études anglaises de façon extraordinaire. Sous sa direction, le département engagea plusieurs professeurs, toujours en poste aujourd'hui, en plus d'ouvrir de nouvelles avenues de recherche pour les études littéraires en anglais. En particulier, Robert rendit accessibles aux étudiants des trois cycles des cours de littérature au féminin (women's lietrature), de littérature afro-américaine et de littérature postcoloniale.

De plus, il prenait toujours les idées de ses plus jeunes collègues au sérieux, nous permettant ainsi de proposer des nouveaux cours et de développer le curriculum dans de nouvelles directions. Toujours au fait des derniers courants intellectuels dans la littérature, Robert était également un chercheur et un enseignant modèles pour les professeurs nouvellement engagés ainsi que pour les étudiants des cycles supérieurs aspirant à une carrière dans l'enseignement. Robert voyait l'Université de Montréal comme l'une des plus grandes universités francophones du monde et, de ce fait, comprenait la fonction particulière que devait occuper un département d'études anglaises dans un tel établissement, c'est-à-dire être une vitrine des cultures anglophones et offrir un point d'ancrage et de rencontre pour les universités francophones d'importance. En ce sens, il reconnaissait le rôle crucial de l'internationalisation.

Parmi les projets départementaux que lança Robert se trouvent les cycles de conférences «Aux Canadas», «American Gothic» et «American Modernism» au milieu des années 90. Ils permirent au corps professoral et aux étudiants d'organiser des activités d'une importance majeure axée sur la recherche et d'éditer des actes de colloques. Les conférences – et les rassemblements chez lui par la suite – étaient des occasions uniques de discuter avec des chercheurs reconnus dans les disciplines liées aux recherches présentées. Elles contribuèrent à attirer dans notre département d'excellents doctorants de partout en Amérique du Nord.

Nous nous souvenons avec respect et admiration de l'audace et de la témérité intellectuelles de Robert. Nous nous souvenons aussi des multiples façons par lesquelles il inspirait la réflexion chez ses collègues. Nous nous souvenons comment il était inspirant. Au cours d'une réunion départementale dans les jours suivant les attaques du 11 septembre 2001, Robert commença la rencontre en demandant une minute de silence à la mémoire de toutes les victimes – partout dans le monde – de crimes haineux. Ce même sens de la justice sociale se retrouvait dans sa démarche intellectuelle quotidienne, dans ses rapports avec les membres du département, ainsi que dans son engagement envers un éventail impressionnant d'organisations éducatives et culturelles aux États-Unis et au Canada.

Il nous manquera énormément.

Lianne Moyes,
directrice du Département d'études anglaises, au nom des collègues du département

Une cérémonie commémorative aura lieu le lundi 16 avril à 13 h à la chapelle Loyola de l'Université Concordia, 7141, rue Sherbrooke Ouest, à Montréal.