Le troisième concours UdeM en spectacle révèle la gamme des talents 2012

Virginie Proulx-Tremblay (à gauche) et Maude Desjardins ont gagné le troisième prix. (Photo: Tiffany Hamelin)Éventail éclectique, les huit finalistes d'UdeM en spectacle ont présenté leur numéro le 9 mars dernier. Auteur-compositeur-interprète pour l'occasion, Alexandre Morin-Chassé, étudiant au doctorat en science politique, a remporté le premier prix, d'une valeur de 400 $.

 

Il se rendra à l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue le 7 avril, à la finale nationale d'Univers-Cité en spectacle.

Lucien Dubois, étudiant en psychologie, s'est vu remettre le deuxième prix (300 $) et la formation Duète (formée de Virginie Proulx-Tremblay, étudiante en psychologie, et de Maude Desjardins, étudiante en orthophonie) a gagné le troisième prix (200 $). La soirée avait justement commencé par les harmonies de voix, la guitare et le violoncelle de ces deux jeunes femmes. Il fallait entendre leur Toune cochonne pour comprendre la force de leur duo, alliant passion, humour et romantisme. Quelques minutes plus tard, il était impossible de ne pas sourire en écoutant Lucien Dubois au piano. «Quand je t'écoutais, je me sentais content. C'est rare que ça m'arrive», a très adéquatement souligné Rudy Caya, un des juges de la soirée.

Alexandre Morin-Chassé a remporté le premier prix. Il sera donc de la finale nationale le 7 avril. (Photo: Tiffany Hamelin)Ancien membre de Vilain Pingouin, le chanteur Rudy Caya évaluait les prestations aux côtés de Damien Robitaille, auteur-compositeur-interprète, et de Fulgence Bla, animateur à CIBL et à Radio Centre-Ville.

«Les juges accordent les notes selon l'originalité du numéro, la présence de l'artiste sur scène et le talent, détaille Dominic Poulin, coordonnateur des arts de la scène à l'UdeM. Il y a six juges au total. Il faut aussi dire que ce sont trois autres juges qui ont d'abord choisi les huit finalistes.» Les talents de la soirée avaient préalablement été sélectionnés par Jamil et Marc Maziade, auteurs-compositeurs-interprètes, et Mathieu Vézio, batteur pour différents groupes montréalais.

L'UdeM s'est jointe à Univers-Cité en spectacle il y a trois ans pour permettre aux étudiants d'exprimer leurs talents artistiques. Manifestation francophone autour des arts de la scène, UdeM en spectacle est une soirée de prestations réunissant de futurs politologues, psychologues, journalistes et autres qui, parallèlement à leurs études, chantent, content, dansent, rappent ou jouent d'un instrument. Le gagnant représente l'Université de Montréal dans une grande finale regroupant les universités du Québec.

En plus des trois gagnants, la cuvée 2012 proposait d'autres auteurs-compositeurs-interprètes. Francis Halin, étudiant en journalisme, a interprété une de ses chansons et une mise en musique d'un texte de Roland Giguère. Catcast (Catherine Castilloux-Maldemay, étudiante en sciences infirmières) a chanté une de ses compositions, Amène-moi vers les étoiles, pieds nus. En hommage à Pink Floyd, le gagnant du concours UdeM en spectacle 2011, Vincent Gauchot, a proposé une pièce mêlant guitare, percussions et clochette, Echoes.

«Évidemment, nous avons plus de musiciens et de chanteurs parce que c'est plus commun. Mais la diversité était quand même au rendez-vous. Parmi les finalistes, il y a eu un V.J. [vidéo-jockey] et un duo rap», constate Dominic Poulin. Sur scène, le V.J. Hugues Clément, étudiant en composition électroacoustique, a surpris agréablement avec ses images évanescentes et syncopées. De leur côté, les rappeurs A-Keyth (Abed Al-Ahmad, étudiant en biochimie) et Arsenal (Oussama Ben Miloud, étudiant en médecine moléculaire) ont franchement détonné avec leur groupe Phalanx.

Armé d'un harmonica, d'une guitare et de suffisamment d'autodérision pour séduire la salle et les trois juges, le grand gagnant Alexandre Morin-Chassé présentait le dernier numéro. Après une anecdote sur ses embarrassantes locations de films pornographiques, il a proposé une chanson sur les risques de l'infidélité. Reprenant la tragédie d'un paquebot échoué au large de Rimouski au début du siècle, sa composition folk L'Empress of Ireland a clos plus sérieusement sa prestation et la soirée.

Enfin presque, puisque le Benoit Paradis Trio a véritablement conclu le spectacle durant l'attente de l'annonce des gagnants par les juges. Crooneur cool, Benoit Paradis ânonne des paroles de chansons farfelues, absurdes sur du jazz en compagnie de Chantal Morin (piano) et de Benoit Coulombe (contrebasse): «Le trombone, j'aime ça, je l'ai déjà dit», «C'est ça qui est ça», «T'as-tu toute, t'es-tu sûr que t'as toute?», «Coule la rivière sous le pont Jacques-Cartier»... Pour un moment de grâce final, le Benoit Paradis Trio a repris Destin, de Céline Dion, en hurlant et en tapant sur un tambour.

Charlotte Biron
Collaboration spéciale

 

Sur le Web