Qu'est-ce que le mentorat?

  • Forum
  • Le 19 mars 2012

  • Marie Lambert-Chan

Dans la mythologie grecque, quand Ulysse quitte son royaume pour prendre part à la guerre de Troie, il confie son fils Télémaque à un ami de longue date, Mentor. Ce dernier éduquera et guidera le jeune homme. Ce personnage a donné naissance à une tradition bien ancrée dans le marché du travail d'aujourd'hui: le mentorat.

Les mentors sont des conseillers qui accompagnent bénévolement une personne moins expérimentée ou qui débute dans une fonction.

«Il existe différents types de mentorat», signale Johanne Ricard, coordonnatrice du secteur de l'orientation scolaire et professionnelle du Centre étudiant de soutien à la réussite (CESAR) de l'Université de Montréal.

On trouve des mentors en entreprise, où ils encadrent les nouveaux venus pour faciliter leur intégration et leur transmettre leurs connaissances.

Ce peut aussi être un professeur qui conseille et aide un étudiant dont il juge le potentiel excellent. «Il lui apporte un soutien dans ses recherches ou peut lui proposer des mandats (conférences, charges de cours, etc.)», illustre Mme Ricard.

Le mentor est également une personne qui donne un avis éclairé sur sa profession et partage ses expériences, connaissances et idées avec un étudiant qui cherche à confirmer son choix de carrière. C'est ce qu'offre le Projet Télémaque. Depuis 1998, le CESAR met à la disposition des étudiants de l'UdeM une banque de quelque 130 mentors issus de divers domaines.

«Nous rencontrons pendant une demi-heure les étudiants désireux d'y participer pour vérifier leurs besoins, puis nous les jumelons avec un mentor qui correspond à leur profil, explique Francine Audet, conseillère d'orientation au CESAR. Par la suite, l'étudiant communiquera avec le professionnel.»

Vous pouvez aussi entreprendre vos propres démarches afin d'obtenir l'accompagnement d'un mentor, précise Johanne Ricard. «Sondez alors votre cercle social, dit-elle. Peut-être qu'un de vos proches connait une personne qui pratique la profession visée. Vous pouvez aussi effectuer une recherche sur le réseau LinkedIn.»

Dans tous les cas, sachez qu'une telle rencontre vous donnera l'occasion de constater si vos objectifs professionnels sont en accord avec votre personnalité, vos valeurs et vos attentes, d'explorer la réalité du marché du travail et d'élargir votre vision de la profession. «Le mentor sera aussi de bon conseil quant aux compétences à acquérir», mentionne Mme Ricard.

Francine Audet rappelle qu'un bon mentor est une personne généreuse et passionnée. «Il ne veut pas uniquement montrer son savoir-faire. Il souhaite surtout accompagner les jeunes dans leur parcours.»

Comment entrer en relation avec un mentor?

Soyez délicat lors de votre premier contact. Privilégiez le courriel. Écrivez que vous êtes un étudiant en quête de renseignements et que vous aimeriez bénéficier de son expérience.

«Demandez une rencontre dans son milieu de travail, conseille Johanne Ricard. Cela donne un ton plus professionnel et vous permet de prendre le pouls du terrain.»

Dressez une liste de questions en fonction de vos champs d'intérêt et de vos besoins. «Vous pouvez interroger le mentor sur les débouchés, les conditions de travail, etc.», donne en exemple Mme Audet.

Soyez diplomate et acceptez les conditions du mentor. «S'il n'a que 30 minutes à vous accorder, prenez-les et respectez cette case horaire», indique Mme Ricard.

Autrefois, le mentorat était considéré comme une relation à long terme. Désormais, une seule rencontre – comme c'est le cas du Projet Télémaque – peut suffire à vous éclairer. Si, cependant, vous constatez que vous partagez de nombreuses affinités avec votre mentor, n'hésitez pas à lui demander d'autres rencontres.

«Le mentorat se poursuit parfois au-delà des études, ce qui peut être souhaitable en début de carrière. Cette phase de transition n'est pas toujours facile et c'est bien de pouvoir compter sur une personne qui travaille déjà dans le milieu», observe Francine Audet.

(Illustration: Benoît Gougeon)