Chronique d'une chronique

L’ouvrage est le plus illustré de la Renaissance, avec 1800 gravures sur bois.En 1493, l'éditeur allemand Anton Koberger publie un livre voué à devenir l'un des plus célèbres de la Renaissance: le Liber Chronicarum ou Chronique de Nuremberg. Ce majestueux folio raconte une histoire de l'humanité à la fois religieuse et profane. Plusieurs éléments contribueront à sa renommée. C'est d'abord l'ouvrage le plus illustré de la Renaissance, avec plus de 1800 gravures sur bois, et les très nombreux exemplaires colorés à la main sont remarquables.

 

On trouve ensuite dans ce livre de multiples illustrations de cités, souvent sur double page. Elles sont parmi les premières représentations de villes européennes. Enfin, certains croient que le peintre Albrecht Dürer (1471-1528), qui était apprenti dans l'atelier de l'artiste responsable des illustrations, aurait contribué au projet.

Imprimé quelque temps après la découverte de l'Amérique, l'ouvrage présente une carte du monde qui ne tient pas compte des territoires explorés par Christophe Colomb – elle sera la dernière à les ignorer. Cette particularité fait qu'elle est très recherchée par les collectionneurs de cartes anciennes. Malheureusement, cet intérêt marchand explique qu'elle a été retranchée dans plusieurs exemplaires que nous possédons...

Après la Bible de Gutemberg, la Chronique de Nuremberg est le livre de la Renaissance qui a le mieux survécu aux outrages du temps avec plus de 700 exemplaires qui nous sont parvenus, ce qui témoigne de la considération qu'on portait à ce superbe volume. Autre fait particulier, la Chronique est l'un des rares ouvrages de l'époque pour lequel il existe des archives qui nous renseignent sur les détails de sa production.

La Bibliothèque des livres rares et collections spéciales de l'Université de Montréal possède un facsimilé de ce titre fait à partir d'un exemplaire du monastère Santa Maria de la Vid, en Espagne. Entièrement en couleurs, il comporte la fameuse carte du monde.

La Chronique de Nuremberg de l'UdeM provient d'une grande collection de facsimilés de l'Université. Par ailleurs, la collection Marcel-Lajeunesse, du nom d'un ancien professeur de l'École de bibliothéconomie et des sciences de l'information, comprend plus de 200 facsimilés de livres d'heures.

 

Sur le Web