Le professeur Jean-Claude Marsan reçoit un doctorat honorifique de l'UQAM

L'Université du Québec à Montréal (UQAM) a rendu hommage hier à M. Jean-Claude Marsan, architecte, urbaniste et professeur émérite de l'Université de Montréal, en lui attribuant le titre de docteur honoris causa sur la recommandation conjointe de sa Faculté des arts et de son École des sciences de la gestion. Par ce geste, l'UQAM veut souligner la contribution exceptionnelle de M. Marsan aux études et à la gestion urbaines ainsi qu'à la mise en valeur et la préservation des richesses architecturales du patrimoine québécois.

 

Après avoir fait ses études d'architecture à l'Université de Montréal, qu'il a complétées par une maîtrise et un doctorat en urbanisme à l'Université d'Édimbourg, c'est en Écosse qu'il apprend à décoder les formes urbaines propres à chaque ville. À son retour à Montréal, il publie sa thèse de doctorat, Montréal en évolution. Historique du développement de l'architecture et de l'environnement urbain montréalais, qui devient aussitôt un livre de référence qui sera réédité deux fois, en plus de bénéficier d'une traduction anglaise qui a connu un égal succès. Pour son auteur, ce fut le début d'une longue et fructueuse carrière comme professeur à la Faculté de l'aménagement de l'Université de Montréal. Il a tour à tour été directeur de l'École d'architecture, de 1975 à 1979, doyen de la Faculté de l'aménagement, de 1985 à 1993, et instigateur et responsable, de 1995 à 2007, du programme de maîtrise en aménagement portant sur la conservation de l'environnement bâti, unique en son genre au Canada. Dès sa retraite, en 2008, il a été nommé professeur émérite.

Auteur prolifique, il a publié quatre ouvrages importants, une trentaine de rapports, seul ou en collaboration, et une centaine de préfaces, articles, comptes rendus, actes de colloques et recueils, édités dans des revues savantes et périodiques spécialisés, en plus des chroniques régulières que le quotidien Le Devoir a fait paraître au cours des décennies 1970 et 1980, et des très nombreux articles parus dans d'autres journaux et revues.

Sa connaissance des enjeux municipaux, son apport à la réflexion et à la prise de décision en matière de planification urbaine et d'administration publique, notamment auprès du Service d'urbanisme de la Ville de Montréal, à titre d'expert-conseil pendant 40 ans, lui ont conféré une réputation enviable au Québec et au Canada. Il a reçu de très nombreuses distinctions au cours de sa vie professionnelle dont, premier récipiendaire de ce grand prix du Québec, le prix Gérard-Morisset, en 1992, couronnant l'ensemble d'une carrière consacrée au patrimoine. Il a également été élu à la Société royale du Canada, membre de l'Académie des lettres et des sciences humaines, en 1987, et fait officier de l'Ordre du Canada, en 1995.