Levée temporaire des cours visés par le boycottage

La semaine dernière, à la suite d'une entente avec la FAECUM, l'Université a obtenu une injonction permettant à tout étudiant voulant assister à ses cours d'avoir accès aux classes.

 

Devant le nombre croissant d'étudiants réclamant de pouvoir suivre leurs cours, l'Université a jugé la situation suffisamment urgente pour prendre toutes les mesures à sa disposition afin de satisfaire à leur requête. C'est pourquoi elle a demandé à ses enseignants de se présenter en classe et de donner leurs cours aux étudiants présents. Elle a également informé ses étudiants qu'à compter du lundi 16 avril, les cours et les évaluations qui seraient donnés, même devant un groupe partiel d'étudiants, ne seraient pas repris ultérieurement.

Force est de constater aujourd'hui que, malgré les moyens déployés, la situation demeure difficile, et le climat peu propice à la tenue des activités académiques, tant pour les étudiants que pour les enseignants. Là où les étudiants maintiennent le mouvement de boycottage des cours, nous observons en effet des difficultés certaines à reprendre les classes dans un climat acceptable.

L'Université de Montréal est très soucieuse de maintenir les meilleures relations entre toutes les composantes de sa communauté. À la suite de discussions avec les instances syndicales des professeurs et des chargés de cours, il nous est apparu essentiel, devant l'état de la situation, de faire des gestes qui, non seulement assureront la sécurité de tous, mais nous permettront également de trouver une issue à la situation dans les plus brefs délais.

Nouvelle directive
Dans cet esprit, l'Université annonce un moment de réflexion afin de déterminer, en collaboration avec ses enseignants et les directions d'unités, les conditions pédagogiques requises pour la reprise des cours soumis au boycottage.

En conséquence, jusqu'à nouvel ordre, les cours visés par le boycottage ne seront pas donnés. Les enseignants et les étudiants touchés par cette mesure n'ont donc plus à se présenter en classe.

De même, les plans de rattrapage élaborés pour les étudiants qui ne sont toujours pas retournés en classe sont suspendus, tant et aussi longtemps que les conditions ne seront pas réunies pour assurer une prestation d'enseignement dans un climat favorable à l'apprentissage.

Dans tous les autres cas, les cours et les évaluations se tiennent comme prévu.

La levée temporaire des cours visés par le boycottage a été décidée dans le respect de nos obligations envers l'ensemble de notre communauté, qu'il s'agisse des étudiants, des enseignants ou des autres membres du personnel.

L'Université de Montréal s'attend par ailleurs à ce que les étudiants qui ont voté ou voteront en faveur de la reprise des cours, ou dont les associations n'ont jamais appuyé le mouvement de boycott, puissent suivre leurs cours et passer leurs évaluations normalement, sans perturbations d'aucune sorte.

L'Université réitère sa confiance dans le professionnalisme de ses professeurs et de ses chargés de cours. Elle souhaite vivement que la situation revienne à la normale le plus tôt possible et sollicite la collaboration de tous pour assurer, dans le calme et le respect, la réussite de nos étudiants.