Le CHU Sainte-Justine étudiera les séquelles du traitement de la leucémie

Grâce au financement obtenu des Instituts de recherche en santé du Canada et d'autres partenaires financiers, une équipe de chercheurs du CHU Sainte-Justine s'emploiera à chercher des moyens de réduire les effets indésirables à long terme affligeant les deux tiers des survivants de la leucémie lymphoblastique aigüe (LLA).

 

Les travaux seront menés au sein d'un nouveau réseau pancanadien de recherche sur les conséquences des cancers du sang chez l'enfant.

Daniel SinnettLe projet, dont le financement s'élève à 12 M$, réunit trois établissements de santé, parmi lesquels le CHU Sainte-Justine, qui assurera le leadeurship de la recherche chez les survivants de la leucémie pédiatrique. Ce financement est un jalon important qui entrainera vraisemblablement plusieurs sous-projets de recherche dans son sillage.

Selon le Dr Daniel Sinnett, chercheur principal de l'équipe de recherche, qui est également chef de l'axe Maladies virales, immunitaires et cancers au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine et titulaire de la Chaire de recherche François-Karl-Viau en oncogénomique pédiatrique, «les causes génétiques des effets indésirables à long terme des traitements de la LLA sont très peu connues. Aujourd'hui, on réussit à sauver 80 % des enfants atteints. Mais encore faut-il leur permettre de grandir en santé et d'avoir une bonne qualité de vie une fois adultes, en cherchant à comprendre comment chaque patient réagit au traitement en fonction de son profil génétique.»

 

Sur le Web