Les multiples enjeux des bibliothèques numériques

  • Forum
  • Le 23 avril 2012

  • Paule Des Rivières

Mmes Da Sylva, à gauche, et LaplanteLes bibliothèques numériques permettent un accès inégalé à l'information. Mais cet accès, loin toutefois d'être généralisé, est marqué par des enjeux économiques, éthiques, sociologiques et juridiques en constante évolution.

 

En organisant un colloque à l'Acfas sur ce thème, Lyne Da Sylva et Audrey Laplante, professeures à l'École de bibliothéconomie et des sciences de l'information (EBSI) de l'Université de Montréal, ont souhaité réunir des experts de plusieurs disciplines, universitaires et professionnels, qui travaillent chacun sur un aspect du phénomène mais sans nécessairement maitriser la vision d'ensemble.

«Nous désirons capter le caractère multidisciplinaire des bibliothèques numériques, qui englobent non seulement les collections des bibliothèques mais les objets muséaux et l'archivistique», souligne Mme Da Sylva, spécialiste de l'application de la linguistique informatique à la gestion des documents, domaine qui permet entre autres de faire de la recherche d'information automatisée.

Musique

Il sera aussi question de musique à ce colloque. Mme Laplante parlera en effet du comportement des usagers qui naviguent dans les collections numériques musicales destinées au grand public. «De nombreux ingénieurs en informatique et informaticiens travaillent au développement de bibliothèques numériques musicales. Pour ma part, je m'intéresse davantage à la manière dont les jeunes découvrent de nouvelles musiques, en tenant compte des aspects sociaux qui y sont liés, afin de mieux comprendre quels sont leurs besoins. Cela me permet d'évaluer si les systèmes actuels y répondent bien et de recommander des façons de les améliorer.»

Et les droits d'auteur?

Une autre communication, livrée par Nicolas Vermeys, professeur à la Faculté de droit, portera sur le cadre juridique assez imprécis des bibliothèques numériques. Car même si le droit d'auteur n'est plus exclusivement associé à la notion de copie ou d'exemplaire, les lois accusent un retard considérable qui complique le respect de ce droit. Par ailleurs, puisque les collections numériques qu'on rend accessibles sur le Web le sont de partout, il devient difficile de déterminer quel est le cadre juridique qui s'applique.

Comment chercher, comment trouver?

Un autre invité, Martin Boucher, qui est directeur des applications informatiques au centre d'expertise numérique pour la recherche du Bureau Recherche-Développement-Valorisation (BRDV) et étudiant au doctorat à l'EBSI, s'intéressera à la notion de contexte dans les systèmes de recherche en ayant l'usager en tête. Car l'information peut bien se trouver quelque part, sans techniques de recherche appropriées, l'usager reviendra bredouille de son expédition en ligne. M. Boucher proposera des avenues pour les bibliothèques numériques spécialisées, comme les portails de revues savantes.

Le modèle Érudit

Évidemment, il sera question d'Érudit, un des meilleurs portails canadiens (que gèrent trois universités dont l'UdeM), qui donne accès à plus de 80 revues savantes, 27 revues culturelles, une cinquantaine de livres et 30 000 mémoires et thèses. Émilie Paquin et Tanja Niemann, aussi rattachées au centre d'expertise numérique pour la recherche du BRDV, s'interrogeront sur les modèles économiques de l'accès libre, notamment en se demandant si la formule privilégiée par Érudit reste valide devant la mise en place d'autres modèles, parmi lesquels celui de l'auteur payeur.

Annick Hernandez, directrice du centre d'expertise numérique pour la recherche, se penchera pour sa part sur la création de patrimoines culturels scientifiques numériques. Les participants pourront également entendre des représentants d'autres universités, de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et du Réseau canadien d'information sur le patrimoine.

Paule des Rivières

Sur le Web