Une tablette âgée de 4000 ans!

La tablette du milieu est un reçu de livraison vieux de 4000 ans et retrouvé dans les ruines de la ville sumérienne d’Ur.«Quel est le plus vieux livre de vos collections?» demande-t-on très fréquemment à un bibliothécaire patrimonial. Pas si simple de répondre à cette question.

 

À la Bibliothèque des livres rares et collections spéciales de l'Université de Montréal, le document le plus ancien remonte à 2000 ans avant notre ère. Il ne s'agit pas d'un livre mais d'une tablette d'argile sur laquelle figure un texte en cunéiforme, l'une des plus anciennes écritures connues avec les hiéroglyphes. Plus précisément, c'est un reçu de livraison qui a été retrouvé dans les ruines de la ville sumérienne d'Ur, en Mésopotamie. Nos collections renferment quelques autres tablettes antiques de ce type, dont un sceau administratif lui aussi vieux de 4000 ans sur lequel est représenté un homme habillé en costume sumérien, ainsi qu'un reçu en argile provenant de Babylone et datant du règne du roi Nabuchodonosor (605-562 av. J.-C.). Bien que mesurant tout juste deux centimètres, ce sceau porte le nom de six personnes qui attestent l'achat et la livraison de sept moutons.

Mais alors, notre livre le plus ancien, quel est-il? Il s'agit d'un petit manuscrit médiéval sur vélin rédigé en Angleterre autour du 14e siècle. C'est un texte théologique de saint Raymond de Peñafort (mort en 1275) intitulé Summa de poenitentia. Ses 112 feuillets recouverts d'une écriture quasi microscopique sur deux colonnes témoignent d'une époque charnière dans l'histoire du livre médiéval. En effet, avec l'essor des universités au sein des villes vers le 12e siècle, un commerce du livre voit le jour pour alimenter la population étudiante grandissante. La copie des manuscrits passe alors du traditionnel monastère aux ateliers urbains où, par souci d'économie et de maniabilité, le livre devient plus petit. Il est d'ailleurs souvent copié par l'étudiant lui-même... Lorsqu'on examine ce doyen de nos collections, on ne peut s'empêcher d'imaginer ce qu'il en couterait aujourd'hui en patience à un étudiant d'avoir à recopier lui-même ses manuels scolaires!

Aliam vitam, alio mores, disait-on alors... Autres temps, autre mœurs.

Normand Trudel
Collaboration spéciale

Les tablettes antiques proviennent de la collection Guy-Couturier (professeur émérite de l'Université de Montréal) et le manuscrit médiéval de la collection de l'Institut d'études médiévales.

 

Sur le Web