Le cancer : le point sur les connaissances fondamentales et les applications cliniques

Le cancer est une maladie fort complexe, tant dans ses causes et son développement que dans son traitement. En fait, nous devrions parler du cancer au pluriel, puisque le terme désigne une centaine de maladies très différentes nécessitant des approches thérapeutiques différentes, fait remarquer Anne-Marie Mes-Masson.

 

Professeure à la Faculté de médecine de l'Université de Montréal, la Dre Mes-Masson est l'organisatrice d'un important colloque de deux jours qui se tient lundi et mardi au 80e Congrès de l'Acfas. Une quinzaine de communications seront livrées, en plus de huit présentations par affiches.

La première partie du colloque est consacrée aux recherches fondamentales portant sur la biologie de la cellule cancéreuse. Seront notamment abordés les processus en jeu dans la dérégulation de la cellule, à la fois dans son cycle cellulaire, sa signalisation et sa mort cellulaire, dont l'autophagie.

À noter dans cette section la présentation de Guillaume Chouinard (UdeM), dont les travaux portent sur le rôle de la kinase CHK2 dans la répartition des chromosomes lors de la division cellulaire.

Rayane El-Masri (CHUM) traitera de la découverte de gènes mutés jouant possiblement un rôle dans la résistance à la chimiothérapie. Ces travaux ont été réalisés à l'aide de la technologie de séquençage de nouvelle génération. Dans le même domaine, Assila Belounis (UdeM) se penchera sur l'autophagie dans le phénomène de la chimiorésistance.

Dans la deuxième partie du colloque, on parlera des thématiques liées aux thérapies, que ce soit en fonction de nouvelles cibles, de nouvelles approches ou des dimensions psychosociales des traitements. Linda Paquette (UQAC), par exemple, présentera son projet pilote sur les réactions émotives et les comportements des adolescents atteints de cancer. Emmanuelle Tabouy (UQAM) abordera quant à elle le refus de reconstruction mammaire chez les femmes ayant subi une mastectomie.

La troisième et dernière partie du colloque, celle de mardi, est consacrée aux présentations par affiches. Les diverses communications auront pour objet à la fois la biologie moléculaire, les approches thérapeutiques et la recherche translationnelle, c'est-à-dire l'exploration d'applications cliniques éventuelles tirées des nouvelles connaissances fondamentales.

Le colloque s'adresse non seulement aux chercheurs en oncologie, mais à tous ceux qui s'intéressent à la biologie moléculaire, puisque plusieurs des aspects de la signalisation moléculaire qui seront traités concernent tout aussi bien les cellules saines.

D.B.

 

Sur le Web