Marathon des sciences à l'UdeM

  • Forum
  • Le 7 mai 2012

  • Mathieu-Robert Sauvé

Le Marathon de la chimie, qui faisait partie des 24 heures de science l'an dernier, a valu à ses organisateurs, Andreea-R. Schmitzer, professeure à la Faculté de chimie, et Stéphane Béranger, coordonnateur au développement durable, le Prix des 24 heures de science 2011. (photo : Perrine Poisson)Astronomie, gastronomie, physique et chimie seront à l'honneur le 12 mai, de 11 h à 18 h, dans le Hall d'honneur de l'Université de Montréal, alors que 35 bénévoles accueilleront les visiteurs au Marathon des sciences. «De la fabrication du Purell maison à l'observation des taches solaires en passant par une rencontre avec Hubert Reeves... La science vous attend!» dit la publicité.

 

«Les départements de chimie, de physique, de biochimie et de microbiologie et immunologie ont bien répondu à notre invitation de participer aux 24 heures de science, une activité qui se déroule partout au Québec», explique Josée Richard-Daniel, étudiante de deuxième année au baccalauréat en chimie. Avec Claude Élie, étudiant à la maitrise, elle a mis en place une dizaine d'ateliers où les visiteurs pourront mettre la main à la pâte. On fera connaissance avec des bactéries et l'on extraira l'ADN de fruits.

La programmation de l'UdeM réjouit le directeur général de Science pour tous, Jacques Kirouac, qui est le chef d'orchestre de cette initiative consistant à rapprocher les Québécois de tous âges des lieux où l'on fait de la science. «L'an dernier, l'Université de Montréal prenait part pour la première fois aux 24 heures de science à l'occasion de l'Année internationale de la chimie», signale-t-il.

«Je trouve que c'est une bonne façon de montrer aux gens ce qu'on fait dans des laboratoires», commente Mme Richard-Daniel. Son coup de foudre pour la science, la jeune femme l'a eu un peu tardivement, après sept années passées en dehors du système scolaire; elle espère pouvoir communiquer sa passion aux jeunes qui se présenteront au pied de la grande tour.

En plus des ateliers sur des objets domestiques aux composantes parfois spectaculaires – l'effet du vide sur les guimauves, la structure des polymères, l'extraction de la chlorophylle des épinards –, les organisateurs ont innové. Des astronomes offriront (si le temps le permet) d'observer les taches sur le Soleil et des physiciens proposeront un atelier sur les lois du mouvement. «Rotation, chute, collisions défieront votre intuition», promet-on.

On invite aussi le public à des conférences gratuites données par des experts en vulgarisation. Le plus connu est certainement Hubert Reeves, auteur de plusieurs livres et chercheur au CNRS, en France, qui parlera de l'Univers au fil de l'eau. Le «gastronome moléculaire» Giovanni Apollo fera saliver le public avec des démonstrations où convergeront la science et la cuisine. Robert Lamontagne, directeur de l'Observatoire du Mont-Mégantic, abordera la vie extraterrestre; Jonathan Ferland, directeur des opérations à Calcul Québec, traitera de physique des particules; et Marc Amyot, qui dirige le Département de sciences biologiques de l'UdeM, dressera l'état de santé des lacs québécois. La chimie sera également au programme avec Sébastien Sauvé et Jean-François Masson, tous deux de l'Université: le premier mène des recherches sur les traces de médicaments dans l'environnement et le second se penchera sur les applications surprenantes des téléphones intelligents.

Mathieu-Robert Sauvé

 

Sur le Web