Chats et chiens cherchent un chez-soi

  • Forum
  • Le 4 juin 2012

  • Daniel Baril

Maude Poirrier et Julie-Anne Nantel aiment leur travail de bénévole. Et ça se voit un peu, non?À chacun qui cherche son chat ou son chien, le Refuge a ce qu'il faut. Le Refuge, c'est une initiative d'étudiants de la Faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Montréal soucieux d'éviter aux chats et aux chiens abandonnés une probable euthanasie en leur trouvant un foyer d'adoption.

 

«Une chatte est fertile dès l'âge de six mois et elle peut avoir jusqu'à quatre portées de deux à sept chatons par année, indique Maude Poirrier, responsable estivale de la section des chats du Refuge. Ce taux de fécondité entraine 250 000 euthanasies annuellement au Québec!»

Plutôt que d'abandonner les chats non désirés à leur sort, mieux vaut les confier à un organisme comme le Refuge, qui peut accueillir jusqu'à 35 chats et qui affiche un taux d'adoption de 98 %. Depuis sa fondation en 1991, l'organisme qui assure ses activités grâce au bénévolat a ainsi permis de sauver plus de 2000 chats.

«Les chats que nous recueillons sont stérilisés, vaccinés et vermifugés. Seuls ceux qui sont gravement malades seront euthanasiés», précise l'étudiante. Ces soins sont supervisés par un vétérinaire et le Refuge sert ainsi de lieu d'apprentissage des maladies félines.

Le taux élevé d'adoption s'explique aussi par le fait qu'il n'y a pas de limite de temps pour l'hébergement au Refuge.

«Nous pouvons également donner des conseils quant au chat qui conviendrait le mieux à une famille, poursuit Maude Poirrier. S'il y a de jeunes enfants, par exemple, un chat adulte sera plus recommandé parce qu'il est plus calme et que sa personnalité est fixée. Si un chat a besoin de socialisation, il sera hébergé temporairement chez un étudiant afin qu'il s'adapte progressivement au contact humain. Nous pouvons aussi reprendre un animal qui ne ferait pas l'affaire.»

Avec micropuce, mais sans puces

Le Refuge offre les mêmes services pour l'adoption canine. Il peut héberger six chiens à la fois et a pu en sauver jusqu'à maintenant plus de 450 de la mort.

Comme le Refuge n'est pas une fourrière, il ne recueille pas les chiens errants. «Nous accueillons seulement ceux qui sont non désirés, comme dans les cas de déménagement ou de séparation, mentionne Julie-Anne Nantel, responsable de la section canine. Exceptionnellement, nous avons des chiens qui proviennent de saisies. Dans ces cas, il faut souvent les placer provisoirement en famille d'accueil pour les socialiser.»

Comme les chats, les chiens du Refuge sont vaccinés, stérilisés et vermifugés et seuls ceux qui présentent des problèmes de comportement graves seront euthanasiés. Les chiens adoptés sont munis d'une micropuce, avec coordonnées du maitre, insérée sous la peau et pouvant être lue à l'aide d'un décodeur. Ils peuvent aussi être retournés au Refuge après une période d'essai de 14 jours.

Sur Facebook ou sur rendez-vous

La recherche de propriétaires adoptifs se fait de plusieurs façons: par le bouche-à-oreille, par l'affichage des nouveaux pensionnaires à la faculté, par une page Facebook où chaque animal est présenté avec photo et caractéristiques ou par l'intermédiaire de sites tel Petfinder. La liste des chats et des chiens à adopter peut également être consultée sur le site du Refuge et le public peut prendre rendez-vous et aller choisir son compagnon sur place, à Saint-Hyacinthe.

Le Refuge n'est pas par ailleurs en compétition avec les cliniques vétérinaires et des frais sont exigés pour les soins médicaux. Selon l'âge de l'animal, les frais vont de 120 à 140 $ pour les chats et de 220 à 320 $ pour les chiens. Ces sommes servent à assumer le cout des soins et les frais de fonctionnement de l'organisme.

Daniel Baril

 

Voir le clip

Sur le Web