La petite séduction sherbrookoise

Des résidents en médecine dentaire de l'Université de Montréal ont la possibilité, depuis l'automne dernier, de faire une partie de leur formation au sein du CSSS de l'Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke (IUGS). Cette bonification est maintenant possible grâce à une entente entre l'Université de Montréal, le CSSS-IUGS et le Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS). Afin de souligner la première année de l'entente d'une durée de trois ans, le doyen et le vice-doyen de la Faculté de médecine dentaire de l'UdeM ainsi que le responsable du programme de résidence en médecine dentaire se sont rendus à Sherbrooke à la fin juin pour visiter les installations des établissements partenaires et pour rencontrer les acteurs des milieux impliqués dans l'organisation des stages.

 

Cinq résidents en médecine dentaire formés à Sherbrooke
En 2011-2012, cinq étudiants ont été accueillis en stage entre août 2011 et avril 2012. Ces résidents ont eu la possibilité d'explorer plusieurs milieux de pratique et de côtoyer diverses personnes vulnérables, soit les soins aux aînés en centre d'hébergement et de soins de longue durée; la chirurgie maxillo-faciale; la médecine dentaire en cabinet privé; la médecine dentaire en milieu communautaire et l'hygiène dentaire en milieu scolaire

Puisque l'Université de Sherbrooke ne possède pas de Faculté de médecine dentaire, cette entente permet de former des résidents en médecine dentaire dans la région et de leur présenter les opportunités d'emploi offertes dans leur domaine.

« Le CSSS-IUGS se distingue parce qu'il y a peu de dentistes au Québec qui travaillent dans un CHSLD. Nous sommes deux au CSSS-IUGS favorisant la formation, explique la docteure Sylvie Potvin, dentiste au CSSS-IUGS. La population vieillissante fait que maintenant nous avons 30 % des personnes hébergées qui ont des dents naturelles, mais d'ici 10 ans, le nombre croîtra rapidement. En sensibilisant les jeunes dentistes aux besoins spécifiques de ces personnes, nous assurons en quelque sorte la relève. »