Grief du SGPUM : une décision favorable à l'UdeM

L'Université tiendra, du 27 août au 28 septembre prochain, la période de rattrapage prévue pour les cours du trimestre d'hiver dernier qui n'ont pu être complétés.

Un arbitre du tribunal d'arbitrage a rendu une décision favorable à l'Université dans le grief déposé en juin par le Syndicat général des professeurs (SGPUM) relativement aux mesures de rattrapage qui seront mises en œuvre du 27 août au 28 septembre prochain.

 

Pour l'essentiel, le Syndicat dans son grief somme l'Université de cesser de « négocier » directement et individuellement avec les professeurs et de ne plus émettre aucune directive au sujet des mesures de rattrapage sans au préalable avoir obtenu une entente avec lui. Le syndicat réclamait également que le grief soit instruit de manière urgente et demandait à l'arbitre de statuer sur une ordonnance de sauvegarde – l'équivalent d'une injonction – afin de suspendre immédiatement les plans de rattrapage soumis par les collègues et adoptés par la Commission des études.

C'est sur ce dernier point, sans préjuger de la question de fond, que l'arbitre a donné raison à l'Université en rejetant la demande d'ordonnance de sauvegarde. Dans sa décision, l'arbitre souligne que la suspension des mesures de rattrapage aurait entraîné des inconvénients majeurs pour les milliers d'étudiants touchés et pour l'Université. Dans les circonstances, l'Université maintient les mesures de rattrapage adoptées par la Commission des études et entreprendra donc, tel que prévu, la période de rattrapage allant du 27 août au 28 septembre pour les cours qui ont été touchés par le mouvement de boycottage.

Sur le Web: