L’activité physique pendant la grossesse aide le développement cognitif de l’enfant

  • Forum
  • Le 28 août 2012

  • Daniel Baril

Les chercheurs ont comparé un groupe de femmes enceintes se livrant à 20 minutes d’activité physique au moins trois fois par semaine avec un groupe plutôt sédentaire. (Photo: Bruno Girard)L’activité physique pendant la grossesse n’est pas bénéfique que pour la future mère, elle l’est également pour l’enfant à naitre. Le bébé dont la mère a maintenu une activité physique régulière pendant la gestation semble en effet être doté d’une meilleure mémoire auditive.

 

C’est l’étonnant résultat obtenu par Élise Labonté-LeMoyne, doctorante au Département de kinésiologie de l’Université de Montréal sous la codirection de Dave Ellemberg et de Daniel Curnier. L’étude est toujours en cours, mais les résultats préliminaires sont suffisamment concluants pour être rendus publics.

Des recherches avaient déjà montré que des ratons dont les mères disposaient d’appareils leur permettant de courir dans leur cage avaient plus de densité neuronale dans les lobes temporaux. Comme la mémoire relève, entre autres, de circuits situés dans ces lobes, les travaux ont aussi révélé que ces ratons faisaient preuve de meilleures capacités mnésiques dans le test du labyrinthe.

«Nous avons voulu savoir si c’était la même chose chez les humains, ce qui n’avait jamais été vérifié auparavant», affirme Dave Ellemberg.

Meilleure mémoire auditive

Élise Labonté-LeMoyne a donc constitué deux groupes de femmes enceintes présentant les mêmes caractéristiques quant à l’âge, la santé, l’alimentation et la qualité du sommeil. Le premier groupe devait, pendant le premier trimestre de la grossesse, se livrer à 20 minutes d’activité physique d’intensité moyenne trois fois par semaine et le second, formant le groupe témoin, devait demeurer plutôt sédentaire. Les participantes étaient suivies quotidiennement afin d’assurer le contrôle des données et de prendre diverses mesures cardiorespiratoires.

Les bébés dont les mères ont été actives pendant la grossesse présentent une plus grande maturité cérébrale.De 8 à 12 jours après leur naissance, les bébés des deux groupes ont été soumis à un test auditif pendant que les chercheurs enregistraient, par électroencéphalogramme, l’activité neuronale de leur cerveau. Il s’agissait de faire entendre une séquence d’une même note répétée fréquemment et entrecoupée d’une seconde note reproduite plus rarement.

«Le cerveau réagit différemment lorsqu’il entend la note rare parce qu’il est surpris par cette nouveauté», explique le professeur Ellemberg.

Les résultats ont montré une différence significative dans l’activité cérébrale de trois régions du cerveau (frontale, centrale et pariétale) des bébés des deux groupes au moment précis de l’audition de la note rare. Chez les bébés des mères actives, la réponse neuronale s’effectue avec une décharge électrique moindre, ce qui signifie que cette décharge est plus efficace et requiert moins d’énergie. Les chercheurs y voient l’indice d’une meilleure maturité cérébrale.

Dave Ellemberg«L’activité neuronale dépensée par les bébés de mères moins actives est de deux à trois fois supérieure pour une même tâche, précise Dave Ellemberg. Ces résultats sont excitants et vont au-delà de nos attentes! Si la réponse est plus efficace chez les bébés des mères actives, cela laisse entendre qu’ils ont mémorisé plus facilement la note rare et qu’ils ont donc une meilleure mémoire auditive.»

Bienfaits plus étendus?

Pour vérifier si cet avantage se maintient dans le temps et si d’autres habiletés en bénéficient, les bébés seront revus à l’âge de un an pour évaluer l’ensemble de leur développement cognitif, notamment leurs capacités motrices, visuospatiales et langagières. «Nous n’avons pas de raison de croire que cet avantage se limite à une seule fonction», conclut le professeur, manifestement optimiste.

Ces travaux, dont les résultats ont été présentés au congrès de l’American College of Sports Medicine en juin dernier à San Francisco, s’ajoutent à d’autres recherches montrant qu’il y a un transfert, de la mère à l’enfant, des bienfaits de l’activité physique durant la grossesse, entre autres pour le poids santé et la qualité du sommeil.

Les femmes enceintes qui souhaiteraient participer à cette étude peuvent communiquer avec l’équipe de recherche au 514 343-6111, poste 5380, ou à l’adresse apgrossesse@kinesio.umontreal.ca.

Daniel Baril


Voir le clip

L'activité physique, la mère et le fœtus
(Durée : 3 min 3 s)

Sur le Web