La constitution génétique influe sur la capacité des enfants à lutter contre le paludisme

Des chercheurs du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine et de l'Université de Montréal ont identifié plusieurs nouveaux gènes qui influent sur l'efficacité de la réponse immunitaire des enfants exposés au paludisme. Cette première mondiale dans les efforts intégrés de traque des gènes prédisposant aux différentes réactions au paludisme et à l'identification ultime des cibles les plus appropriées de vaccins ou de traitements a été publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences par l'auteur principal Dr Youssef Idaghdour, sous la direction de Pr Philip Awadalla, dont le laboratoire s'adonne à la recherche sur le paludisme partout dans le monde depuis 13 ans.

 

«Le paludisme est un problème de santé majeur dans le monde entier. Plus de 3 milliards de personnes sont à risque et des centaines de milliers en meurent chaque année, dont la majorité sont des enfants africains de moins de 5 ans. Pourquoi certains enfants sont vulnérables à l'infection, tandis que d'autres sont résistants et luttent efficacement contre la maladie? Telles sont les questions auxquelles notre étude tente de répondre», explique Dr Idaghdour.

Toutefois, pour réussir là où tant d'autres études ont échoué, l'équipe a procédé différemment que par la classique approche in vitro, selon laquelle le génome est analysé à partir de cellules cultivées en laboratoire. Elle a plutôt fait appel à l'approche in vivo, en analysant les échantillons de sang d'enfants de la République du Bénin, en Afrique de l'Ouest, recueillis à l'aide de collaborateurs de la ville de Cotonou et du village voisin de Zinvié. «Cette approche nous a permis de comprendre comment l'« environnement » s'engage dans une lutte qui sera déterminante de l'évolution clinique de la maladie. En l'occurrence, l'environnement désigne le nombre de parasites détectés dans le sang, en lutte contre la constitution génétique de l'enfant », poursuit Dr Idaghdour.

«Nous avons eu recours à une combinaison novatrice de technologies qui mesurent à la fois la variation génétique entre les enfants et les conditions dans lesquelles leurs gènes s'«expriment». Cette méthode nous a permis d'accroître grandement la puissance de notre analyse, puisque nous avons pu non seulement détecter les mutations, mais aussi saisir comment elles « allument » ou « éteignent » les gènes en présence du parasite, explique Pr Awadalla. Notre approche nous a permis de réussir là où des études de plusieurs millions de dollars ont échoué par le passé. Jamais auparavant un aussi grand nombre de gènes associés au paludisme n'avait été découvert. »

Ce jalon important dans la compréhension des mécanismes qui expliquent comment le profil génétique des enfants influe sur leur capacité à se défendre contre l'infection pourrait ouvrir la voie à l'élaboration de tests de profilage génétique à faible coût dans un avenir pas si lointain. « Un diagnostic précis est essentiel pour le traitement approprié de l'agent infectieux, bien sûr. Or, déterminer la prédisposition génétique d'un patient à l'infection nous permettrait d'être beaucoup plus actifs dans le traitement des patients, qu'il s'agisse de donner des vaccins ou des médicaments préventifs, » conclut Pr Awadalla.

Au sujet des chercheurs

Dr. Philip Awadalla

     

  • Chercheur principal, Centre de Recherche du CHU Sainte-Justine
  • Professeur, Département de pédiatrie, Université de Montréal
  • Chercheur principal et directeur scientifique, CARTaGENE
  •  

Dr. Youssef Idaghdour

     

  • Chercheur postdoctoral, Centre de Recherche du CHU Sainte-Justine
  •  

À propos du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine
Le
Centre de recherche du CHU Sainte-Justine est un établissement phare en recherche mère-enfant affilié à l'Université de Montréal. Il réunit une équipe de plus de 1200 personnes, dont plus de 200 chercheurs et 450 étudiants de cycles supérieurs qui font de la recherche fondamentale, clinique, translationnelle et évaluative en santé pédiatrique et maternelle. Axés sur la découverte de moyens de prévention innovants, de traitements moins intrusifs et plus rapides et d'avenues prometteuses de médecine personnalisée, ses travaux s'inscrivent sous les axes de recherche Avancement et devenir en santé, Maladies du cerveau, Maladies musculosquelettiques et sciences du mouvement, Maladies virales, immunitaires et cancers, Pathologies fœtomaternelles et néonatales et Santé métabolique. Le Centre est partie intégrante du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, le plus grand centre mère-enfant au Canada et le deuxième en importance en Amérique du Nord. Pour en savoir plus, visitez le www.chu-Sainte-Justine.org/recherche/

Entrevues

Dr Idaghdour et Pr Awadalla sont disponibles pour des entrevues sur rendez-vous.

Images

Disponibles sur demande.

Video YouTube

Dr Youssef Idaghdour sur ses travaux de recherche au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine

Contact médias
Mélanie Dallaire, conseillère principale, relations médias
CHU Sainte-Justine
Bureau : 514 345-7707 ou 514 345- 4663
Téléavertisseur : 514 415-5727
melanie.dallaire.hsj@ssss.gouv.qc.ca

William Raillant-Clark, attaché de presse international
Université de Montréal
+ 1 514 343-7593
w.raillant-clark@umontreal.ca

Source
Marise Daigle, conseillère en communications
Centre de recherche du CHU Sainte-Justine
marise.daigle@recherche-ste-justine.qc.ca