En métro, à vélo ou en auto: comment vous rendez-vous à l'Université?

  • Forum
  • Le 17 septembre 2012

  • Daniel Baril

Demain mardi marque la 10e édition de la journée En ville sans ma voiture, un évènement souligné dans plus de 2000 villes du monde. Cette année, c'est en fait toute la semaine qui est consacrée au transport en commun.

 

À cette occasion, l'Université de Montréal rend publiques les données de son enquête sur la mobilité réalisée à l'automne 2011 et qui visait à mieux connaitre les habitudes de transport de l'ensemble des membres de sa communauté. Au total, 5065 étudiants et 6479 employés ont répondu à ce sondage, ce qui représente un taux de réponse très enviable de 18%.

Transport actif et durable

L'une des principales données qui ressort de ce sondage est que 46% des employés de l'UdeM (tous postes confondus) et 67% des étudiants du campus montréalais utilisent le transport en commun pour s'y rendre. Une fois ces proportions pondérées selon l'importance relative de ces deux groupes, c'est en fait 64% des membres de la communauté qui recourent au transport en commun.

«C'est plutôt élevé compte tenu du fait que le campus n'est pas facilement accessible et que ce n'est pas une destination “centre-ville”», commente Stéphane Béranger, coordonnateur au développement durable à l'UdeM.

Le sondage montre aussi que 12% de tous ceux qui fréquentent le campus parcourent à pied la distance entre leur domicile et leur lieu de travail ou d'études.

On s'étonne par ailleurs que seulement 3% de l'ensemble des répondants utilisent le vélo pour aller sur le campus. «Étant donné son emplacement, il faut être en bonne forme pour se rendre à l'Université de Montréal en vélo, souligne M. Béranger. Les pistes et bandes cyclables des rues avoisinantes peuvent aussi paraitre risquées pour certains.»

En combinant ces trois modes de déplacement, on arrive donc à un taux de près de 80 % des membres de la communauté universitaire qui emploient un autre mode de locomotion que la voiture.

La voiture individuelle constitue le moyen de transport de 8% des étudiants et de 28% des employés (12% de l'ensemble après pondération). Ces chiffres révèlent que plusieurs propriétaires d'auto optent pour le transport en commun, puisque 72% des étudiants et 83% des employés disent avoir accès à au moins une voiture.

En outre, 3% font appel au covoiturage et 7% combinent la voiture et le transport en commun.

Rapidité du service

Les sondeurs ont aussi voulu savoir pour quelles raisons étudiants et employés choisissaient l'un ou l'autre des modes de déplacement. Quinze pour cent disent préférer le transport en commun par souci écologique. Près de 37% choisissent ce mode à parts égales pour son moindre cout, son efficacité et sa rapidité.

Du côté des adeptes de l'automobile, 20% justifient leur choix en invoquant la rapidité de ce type de déplacement. Entre 9 et 14% l'apprécient pour la flexibilité, le confort, l'efficacité ou la liberté. Si l'on demande aux conducteurs quels facteurs les amèneraient à délaisser leur voiture, c'est l'amélioration de la fréquence des trains, autobus et métros qui arrive en première place et qui est mentionnée par 29% d'entre eux.

«La rapidité du déplacement est donc la principale raison qui amène à choisir la voiture; le transport en commun gagnerait de nouveaux adeptes si le service pouvait être plus rapide, estime Stéphane Béranger. Mais il nous faut aussi convaincre ceux qui prennent le bus et le métro de maintenir cette habitude même lorsqu'ils acquièrent une voiture.»

Défi sans auto

Toujours à l'occasion de la journée En ville sans ma voiture, le groupe Ma santé au sommet invite tous les membres de la communauté à relever le Défi sans auto. Il s'agit d'une compétition entre divers établissements de l'ensemble du Québec qui vise à inciter le public à opter, le mardi 18 septembre, pour des modes de locomotion durables et actifs (covoiturage, transport en commun, marche, vélo, etc.). Les distances ainsi parcourues sont enregistrées par les participants sur le site defisansauto.com. Les participants de l'UdeM, de HEC Montréal et de l'École Polytechnique sont invités à s'inscrire sous le chapeau de Ma santé au sommet. Plusieurs prix seront remis, dont un voyage d'une valeur de 3000 $.

Un atelier de mise au point de vélos est également offert en partenariat avec Biciklo, le service communautaire de réparation de vélos du campus. L'activité se tiendra en face de la station Université-de-Montréal entre 11 h et 14 h demain le 18 septembre.

Daniel Baril

 

Sur le Web