Vous avez dit «actuaire»?

  • Forum
  • Le 17 septembre 2012

  • Daniel Baril

Claudia GagnéQue peut bien faire une actuaire dans un département de mathématiques? Il faut dire qu'en termes d'étudiants le plus important des trois champs d'études au Département de mathématiques et de statistique de l'Université de Montréal est, malgré le nom de l'unité, le programme d'actuariat.

 

«Ma tâche est d'assurer un lien entre les étudiants et le milieu du travail», résume Claudia Gagné, qui vient d'être engagée par le département pour occuper un nouveau poste en formation pratique. De tels postes existent dans les facultés et départements professionnels, mais il s'agit du premier de ce genre à être créé à la Faculté des arts et des sciences.

En plus de sa charge d'enseignement, Claudia Gagné a pour fonction de voir au rayonnement du département et de l'Université auprès des employeurs d'actuaires.

Principalement engagés par des compagnies d'assurance et des firmes de gestionnaires de caisses de retraite, les actuaires évaluent les couts de nouvelles polices d'assurance ainsi que les revenus selon les conditions économiques estimées pour l'avenir, prévoient les résultats financiers des régimes de retraite et élaborent des couvertures d'assurance répondant aux besoins particuliers d'une entreprise.

Les outils utilisés pour l'analyse des risques liés aux placements financiers relèvent de la statistique, des règles de la finance, des mathématiques et des données sociodémographiques.

Un choix de vie

Pour assurer le lien avec ce milieu professionnel, le département souhaitait recruter un praticien. Le volet de formation pratique associé à ce poste inclut en effet la supervision du placement des stagiaires du programme coopératif, la diffusion auprès des étudiants d'informations concernant le marché du travail et les attentes des employeurs quant à la formation des actuaires de même que la mise en place d'un service de consultation actuarielle.

La candidature de Claudia Gagné était toute trouvée. Après un baccalauréat en actuariat à l'Université Laval, Mme Gagné a travaillé pendant cinq ans pour une firme de conseillers en placement de fonds de retraite. Elle a entrepris par la suite des études de maitrise à HEC Montréal en ingénierie financière tout en remplissant des charges d'enseignement au Département de mathématiques et de statistique ainsi qu'à l'UQAM.

Au terme de ses études, elle est retournée dans un cabinet privé, toujours en gestion de caisses de retraite. «J'avais adoré mon expérience de professeure et j'ai préféré revenir à l'enseignement, dit-elle. C'est un choix de vie et il est très valorisant de jouer un rôle dans la formation des étudiants.»

Étant elle-même fellow de l'Institut canadien des actuaires, la seule instance à pouvoir décerner le titre d'actuaire au Canada, Claudia Gagné compte encadrer de près les étudiants qui ont à passer, tout au long de leur formation, les nombreux examens pour être admis au sein de ce cercle de professionnels. «Les examens débutent dès la première année des cours et, pour avoir passé l'épreuve, je pourrai agir comme personne-ressource», indique-t-elle.

Selon son expérience, l'actuariat est une discipline où l'employabilité est en hausse. Selon ce que rapporte le Département de mathématiques et de statistique, la grande majorité des étudiants obtiennent un emploi dans leur domaine avant même la fin de leurs études.

Service de consultation

Mme Gagné collaborera également à la mise sur pied d'un service de consultation actuarielle qui viendra s'ajouter au service de consultation en statistique offert au département. Ce nouveau service s'adressera aux actuaires en exercice qui cherchent des ressources précises ou une expertise particulière pour mener à bien un projet.

«Ce sera un complément aux services proposés par les firmes ou par les professeurs, précise Claudia Gagné. Il comprendra aussi un volet de formation intensive destinée aux étudiants qui doivent passer les examens de l'Institut canadien des actuaires.»

Daniel Baril

 

Sur le Web