Les personnes âgées souffrent

  • Forum
  • Le 9 octobre 2012

  • Mathieu-Robert Sauvé

Richard BoyerUn peu plus de 12 % des gens de 65 ans et plus souffrent d'un trouble mental au cours d'une année, selon un volet de l'Étude sur la santé des ainés, dont les résultats principaux ont été rendus publics durant les Journées de la recherche du Réseau québécois de recherche sur le vieillissement, le 2 octobre, par le chercheur en santé des populations Richard Boyer, de l'Université de Montréal. «Cela représente environ 100 000 personnes âgées vivant dans la communauté», a mentionné le professeur du Département de psychiatrie de la Faculté de médecine.

 

Après avoir sondé 2798 sujets selon un échantillon scientifiquement représentatif, le chercheur a pu préciser que 2,2 % des ainés avaient souffert non pas d'un seul mais de deux épisodes de troubles mentaux, une proportion qui grimpe à 3,1 % si l'on isole les femmes des hommes (moins de 1 %). Le profil type de la personne âgée qui risque d'être aux prises avec un trouble mental serait une femme de 65 à 75 ans habitant une zone non métropolitaine et qui ne dispose pas d'un revenu élevé.

«Les femmes sont plus nombreuses à être atteintes de dépression mineure – 7 % contre 4 % chez les hommes – et de phobie simple – 2,7 % contre 1 %. Nous avons observé que, dans le cas des troubles obsessionnels-compulsifs (TOC), ce sont les hommes qui sont deux fois plus nombreux à en souffrir: 2 % des hommes et 1 % des femmes», ajoute le chercheur, qui collabore à l'étude lancée par Michel Préville, de l'Université de Sherbrooke, depuis plusieurs années.

Les troubles mentaux explorés constituent des maladies reconnues par le manuel diagnostique de psychiatrie de référence, le DSM-IV: dépressions majeure et mineure, agoraphobie, manie, phobie sociale, phobie simple, anxiété généralisée, panique, TOC et dépendance aux benzodiazépines. On a aussi pris en considération les idées suicidaires.

Seulement 4 personnes sur 10 consultent un médecin à propos de leurs symptômes et il s'agit dans une très grande proportion de leur médecin de famille (80 %) plutôt que d'un psychologue ou d'un médecin spécialiste (10 % respectivement). Sans surprise, on apprend que les femmes sont beaucoup plus susceptibles de consulter un professionnel de la santé que les hommes.

Portrait complet

Sous la direction de l'équipe de recherche, la firme Léger Marketing a été chargée de distribuer les questionnaires, et le taux de réponse a été des plus satisfaisants (environ 77 %), selon le professeur Boyer. Les sujets ont été suivis pendant une année, ayant été interrogés à domicile et par téléphone tous les deux mois. Cette étude se démarque d'autres enquêtes épidémiologiques par le fait qu'elle permet d'estimer l'incidence des troubles mentaux au sein de la population des ainés du Québec. Ainsi, près de 6 % des personnes interviewées ont vécu un premier épisode de trouble mental au cours de l'année de suivi, soit un trouble affectif (3,4 %), un trouble anxieux (2,3 %) ou une dépendance aux benzodiazépines (1,3 %).

Cette étude a permis à plusieurs chercheurs d'approfondir de multiples questions dans leurs domaines. Par exemple, Sébastien Grenier et Kieron O'Connor, Richard Boyer et Michel Préville ont présenté au 74e congrès de l'Acfas un exposé sur les TOC, une maladie qu'il ne faut pas négliger, car elle «peut perturber le fonctionnement social». «Les ainés aux prises avec des symptômes obsessionnels semblent sous-estimer les effets nuisibles du TOC sur leur bienêtre mental», indique-t-on.

Mathieu-Robert Sauvé

 

Sur le Web

À lire aussi