Football : Une occasion de se relever rapidement

Alexandre Nadeau-PiuzeAprès avoir perdu sa fiche immaculée la semaine dernière à Québec, l’équipe de football des Carabins de l’Université de Montréal a l'opportunité de se relever seulement quelques jours plus tard avec la visite du Rouge et Or de Laval au CEPSUM dans le match retour de samedi.

 



« J’étais déçu du dernier match, affirme l’entraîneur-chef Danny Maciocia. On ne pensait pas gagner automatiquement en arrivant à Québec, parce que ce serait manquer de respect envers notre adversaire. Cependant, il faut rester concentré et jouer à notre façon si on veut se donner une chance de l’emporter. »

Grâce à sa victoire, le Rouge et Or a pris l’exclusivité du premier rang du classement québécois. Les protégés de Maciocia n’ont cependant pas l’habitude de perdre deux matchs consécutifs. Ce n’est pas arrivé depuis deux ans, avant l’arrivée en poste du pilote des Bleus.

« Je crois que le plus important pour le prochain match sera d’avoir une meilleure exécution sur le terrain, dit le joueur de ligne défensive David Ménard. Dimanche dernier, nous ne le faisions pas à 100%. En améliorant cet aspect, nous éviterons les erreurs mentales et ça nous donnera une meilleure chance de gagner le match. »

Après avoir accordé deux touchés à l’attaque adverse dans les premières minutes, la défense des Carabins s’est ressaisie et a su limiter les gains de l’adversaire par la suite. Les unités des deux formations rivales figurent toujours parmi les meilleures au Canada. Les Bleus et les Rouges se retrouvent parmi les trois meilleures défenses et les six meilleures attaques du circuit, selon les points comptés par match.

L’avantage de jouer à domicile

L’avantage du terrain a toujours été un facteur important dans les matchs opposant les Carabins au Rouge et Or. Pendant que les Rouges ont du succès chez eux, les Bleus défendent bien leur terrain également. Dans les cinq derniers duels entre les deux formations rivales au CEPSUM, les représentants de l’UdeM ont eu le meilleur à trois reprises. De plus, depuis 2008, les Carabins ont gagné 17 des 22 parties jouées sur leur terrain.

« C’est certain qu’on hâte de revenir jouer devant nos partisans, dit le quart-arrière Alexandre Nadeau-Piuze qui a joué les deux dernières parties sur la route avec ses coéquipiers. Nous recevons toujours un bel accueil au CEPSUM et on aime jouer devant une foule bruyante. »

Après le revers de 30-11 subi à Québec la semaine dernière, les Carabins accusent une victoire de retard sur le premier rang du classement québécois. Si la troupe de Danny Maciocia l’emporte, les fiches des deux équipes seront à égalité. Ensuite, si l’égalité persiste à la fin du calendrier, le différentiel de points de ces duels consécutifs entre les deux formations fera la différence. Les Carabins doivent donc mériter une victoire par 19 points au CEPSUM pour conserver leurs chances d’obtenir l’avantage au bris d’égalité avec le Rouge et Or.

Évidemment, cet avantage pourrait bien déterminer quelle équipe recevra la finale de la Coupe Dunsmore, un match où l’équipe locale bénéficie d’un solide appui de ses partisans.

Sur le Web

Les Carabins

Source : Mathieu Dauphinais, agent d'information sportive

Pour information :
Benoit Mongeon
Coordonnateur des communications
Carabins de l'Université de Montréal
514-343-6458
Cellulaire : 514-232-4420