Un financement de 8,1M $ pour des infrastructures de recherche à l'UdeM

L'Université de Montréal et ses centres de recherche affiliés ont obtenu 8 105 582 $ dans le cadre du Fonds des leaders de la Fondation canadienne pour l'innovation (FCI) pour développer ou améliorer les infrastructures de recherche. Cette somme est constituée de 40 % provenant de la FCI, 40 % du Gouvernement du Québec et 20 % d'autres partenaires. La FCI accorde donc plus de 3,2 million de dollars à l'UdeM.

 

Le programme du Fonds des leaders a pour but de recruter des professeurs de renom et à maintenir en poste les meilleurs chercheurs et c'est dans cet esprit que l'Université a appuyé les projets déposés. Dix-huit chercheurs se sont ainsi vu octroyer du financement d'infrastructure afin de développer leurs activités de recherche. Ces chercheurs sont :

     

  • Thierry Alquier, Faculté de médecine et Centre de recherche du CHUM;
  • Miriam Beauchamp, Département de psychologie, Faculté des arts et des sciences;
  • Benoit Boivin, Faculté de médecine et Centre de recherche de l'Institut de Cardiologie de Montréal;
  • Ariane Burke, Département d'anthropologie, Faculté des arts et des sciences;
  • Jean-Pierre Chupin, Faculté de l'aménagement;
  • Tomás Dorta, Faculté de l'aménagement;
  • Jennifer Estall, Département de médecine et Institut de Recherches Cliniques de Montréal;
  • Colin Favret, Département de sciences biologiques, Faculté des arts et des sciences;
  • Matthias Friedrich, Faculté de médecine et Centre de recherche de l'Institut de Cardiologie de Montréal;
  • Simon Harel, Département de littérature comparée, Faculté des arts et des sciences;
  • Patrick James, Département de sciences biologiques, Faculté des arts et des sciences;
  • David Lafrenière, Département de physique, Faculté des arts et des sciences;
  • Jean-Marc Mac-Thiong, Département de chirurgie et Centre de recherche de l'Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal;
  • Bruce Murphy, Faculté de médecine vétérinaire;
  • Guy Rouleau, Faculté de médecine et Centre de recherche de l'Hôpital Sainte-Justine;
  • Guy Rousseau, Département de pharmacologie et Centre de recherche de l'Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal;
  • Oliver Sonnentag, Département de géographie, Faculté des arts et des sciences;
  • Michael Tyers, Faculté de médecine et Institut de recherche en immunologie et en cancérologie.
  •  

Les résultats de ces deux concours démontrent la vivacité de la recherche dans des secteurs très variés. Par exemple, le projet de la professeure Miriam Beauchamp vise entre autres, à identifier à l'aide de la réalité virtuelle, quels indices mentaux, affectifs et physiologiques sont associés à de bonnes habiletés sociales. Elle étudie notamment la façon dont les jeunes interprètent les intentions d'autrui et leur raisonnement moral. Les infrastructures utilisées pour ce projet sont regroupées dans le Laboratoire social d'environnements virtuels intégrés (So-Live) et les données recueillies aideront à mieux identifier les jeunes à risque de développer des problèmes sociaux et de comportement.

Pour sa part, le professeur Patrick James, étudie la tordeuse des bourgeons de l'épinette. Cet  insecte ravageur des forêts de sapins et d'épinettes en Amérique du Nord est à l'origine d'importants dommages économiques et écologiques pour le Québec, comme dans la région de la Côte-Nord. Le professeur James fera appel à une combinaison de données génétiques et à l'analyse spatiale dans des contextes écologiques différents afin de mieux comprendre la cause et les conséquences de la dispersion de cet insecte.

Il y aussi Jean-Pierre Chupin, professeur titulaire en architecture, qui a mis sur pied le Catalogue des concours canadiens (www.ccc.umontreal.ca) lui permettant notamment d'étudier les pratiques de la conception de l'environnement bâti en mettant l'accent sur l'analyse des projets, plus que sur l'analyse des édifices construits. La nouvelle infrastructure, intitulée Bibliothèque numérique de projets des concours canadiens d'architecture, d'urbanisme et de paysage, permettra d'optimiser et de systématiser l'étude des concours canadiens, l'analyse comparative des stratégies de conception et des innovations techniques tout en contribuant à l'histoire de l'environnement bâti au Canada.

De son coté, Matthias Friedrich, professeur titulaire de clinique et chercheur à l'Institut de Cardiologie de Montréal, a obtenu une subvention pour l'acquisition d'une infrastructure d'imagerie cardiovasculaire par résonance magnétique à 3 Tesla. Ceci permettra au professeur de faire l'étude des arythmies associées aux maladies cardiaques congénitales et l'étude moléculaire in-vivo des tissus cardiaques suite à un infarctus du myocarde, ce qui permettra une meilleure compréhension de la pathophysiologie cardiaque grâce à la détection de changements moléculaires causés par l'arythmie et l'athérosclérose. Ces données serviront ensuite à la découverte et la validation de marqueurs moléculaires nouveaux des maladies cardiovasculaires dans le but de développer des stratégies thérapeutiques innovantes.

Finalement, le domaine de l'environnement et du développement durable à l'UdeM sera renforcé grâce à la mise en place d'une infrastructure pilotée par Oliver Sonnentag, professeur adjoint en géographie. Les tourbières boréales et subarctiques sont des puits de carbone et, à l'échelle canadienne, une grande proportion d'entre elles sont situées dans des zones où le sol est gelé de façon permanente (pergélisol). L'infrastructure permettra de réaliser une série de mesures de micrométéorologie, d'hydrologie et de mesures spectrales sur le terrain, pour mieux comprendre la façon dont les interactions tourbière-atmosphère sont affectées par la croissance de la couche active et la dégradation du pergélisol dans les tourbières du nord du Canada.

« Nos chercheurs se distinguent dans plusieurs domaines, souligne Geneviève Tanguay, vice-rectrice à la recherche, à la création et à l'innovation. Que ce soit en sciences naturelles, en santé ou en sciences humaines, par leur créativité ils font avancer les connaissances, au bénéfice de la société. Je les félicite chaleureusement pour ces succès qui contribuent à faire de l'Université de Montréal la plus grande université de recherche au Québec et l'une des plus grandes au Canada. »