Deux lauréats de prestigieuses bourses Banting à l'IRIC

Le mois dernier, 70 bourses Banting ont été décernées à des chercheurs postdoctoraux d'élite du Canada et de l'étranger afin de leur offrir le soutien nécessaire pour réaliser des recherches de calibre mondial. Les sommes octroyées dans le cadre de cette initiative fédérale permettront aux chercheurs postdoctoraux de l'IRIC Hugo Lavoie et Bernhard Lehnertz de poursuivre leurs recherches de pointe en cancérologie. À titre de boursier Banting, chacun se verra accorder 140 000 $ de financement sur deux ans.

 

Hugo Lavoie est chercheur postdoctoral dans le laboratoire de Signalisation intracellulaire dirigé par Marc Therrien. Par la dissection des signaux cellulaires causant la formation et la croissance des tumeurs humaines, Hugo contribue directement au développement de nouvelles thérapies anti-cancer plus efficaces. Ses recherches visent à identifier de nouvelles cibles thérapeutiques dans la voie de signalisation RAS/ERK, un problème de taille qui lui permettra d'assoir son expertise en biologie moléculaire.

Bernhard Lehnertz est chercheur postdoctoral dans le laboratoire de Génétique moléculaire des cellules souches dirigé par le Dr Guy Sauvageau. Bernhard étudie la régulation de l'expression des gènes dans le sang, un mécanisme important dans la fonction des cellules souches normales et leucémiques. Plus particulièrement, il concentre ses efforts sur les gènes régulateurs qui sont fréquemment mutés dans les leucémies. Ses recherches visent à identifier des cibles thérapeutiques prometteuses pour traiter certaines maladies du sang comme la leucémie myéloïde aiguë.

Le Dr Guy Sauvageau, Chef de la direction et Directeur scientifique de l'IRIC, s'est dit fier des récipiendaires ainsi que des capacités de l'Institut à attirer de jeunes scientifiques de ce calibre. « Le Programme de bourses postdoctorales Banting est le plus prestigieux programme en son genre à l'intention des chercheurs postdoctoraux, » a-t-il déclaré. « Nous sommes donc très fiers que non pas un mais deux de nos jeunes chercheurs se soient démarqués ! ».

 

Sur le Web :