Viens jouer dehors!

  • Forum
  • Le 5 novembre 2012

  • Dominique Nancy

Les jeunes ont besoin d'activités extérieures et intérieures, physiques et sédentaires pour se développer harmonieusement, selon Mme Ferland.«Ne pas jouer à l'extérieur prive non seulement l'enfant d'un moyen naturel de se développer harmonieusement, mais aussi de se dépenser physiquement, de stimuler son appétit, son sommeil et sa concentration.»

 

Telle est l'opinion de l'ergothérapeute Francine Ferland, dont le dernier livre aborde la problématique de la sédentarité chez les jeunes. «Des changements familiaux, sociaux et technologiques font en sorte qu'ils ont perdu l'habitude – ou qu'on ne leur laisse plus le temps – de jouer spontanément dehors, seuls, en groupe ou en famille, autour de la maison, au parc ou dans d'autres endroits verts», peut-on lire dans son ouvrage publié aux Éditions du CHU Sainte-Justine.

La sympathique professeure émérite qui a travaillé à l'Université de Montréal pendant 32 ans s'empresse d'ajouter que «prêcher par l'exemple est la voie privilégiée pour que nos enfants aient du plaisir à sortir à l'extérieur».

Viens jouer dehors! rappelle à quel point la situation actuelle est inquiétante. Au Canada, le taux d'élèves qui marchent pour aller à l'école est passé de 80 à 9% en 30 ans, selon Kino-Québec. Les données de Jeunes en forme Canada sur l'activité physique confirment aussi la tendance. «Les enfants de moins de 6 ans consacrent de 73 à 84% de leur temps à des activités sédentaires. Chez les enfants âgés de 6 à 19 ans, cette proportion est de 63%.»

Les écrans sont-ils les seuls responsables? «Télé, ordinateurs, jeux vidéos, Nintendo DS, iPod, iPad font partie intégrante de la vie des enfants d'aujourd'hui et prennent de plus en plus de place dans leur horaire. Ils livrent une sérieuse compétition au jeu à l'extérieur», affirme Mme Ferland statistiques à l'appui. Les jeunes Canadiens âgés de 12 à 17 ans passent en moyenne près de 8 heures par jour devant les écrans, rapporte-t-elle. Au Québec, les enfants de 2 à 11 ans regardent la télévision 20 heures par semaine.

Nombreuses craintes chez les parents

Mais les inquiétudes des parents à l'égard de la sécurité constituent aussi une barrière importante au jeu actif des enfants, selon Mme Ferland. «Les crimes, les dangers de la circulation et ceux du quartier, la noirceur ou le manque de supervision sont pour eux de grandes préoccupations, raconte-t-elle dans le premier chapitre de son livre. Que ces craintes soient fondées ou non, elles empêchent de nombreux parents de laisser leurs enfants jouer dehors.»

Un chapitre entier porte d'ailleurs sur l'aspect sécuritaire des activités extérieures. Mme Ferland y parle des diverses précautions à prendre pour protéger les jeunes. Des crèmes solaires au chasse-moustique en passant par l'équipement et les dangers potentiels liés au jeu sur le balcon, à la piscine ou encore à la construction de forts et de tunnels en hiver, l'ergothérapeute ne néglige aucun aspect du jeu en plein air.

L'auteure détaille également les bienfaits du jeu extérieur sur la santé des jeunes, notamment chez les enfants atteints d'un trouble déficitaire de l'attention. «Diverses recherches démontrent qu'une exposition à des espaces en plein air peut avoir un effet favorable sur la concentration et diminuer l'impulsivité chez les enfants et dans la population en général», fait-elle valoir. Sans compter les effets positifs sur l'obésité et le stress.

D'après Mme Ferland, qui consacre un chapitre de son ouvrage à des idées de jeux adaptés aux différents âges, aux différents lieux et à chaque saison, il est indispensable de viser l'équilibre dans les activités des jeunes. «Il faut concevoir, pour nos jeunes, un horaire équilibré qui prévoit une alternance d'activités extérieures et intérieures, physiques et sédentaires, libres et structurées, dit-elle. Alors, l'enfant se développera plus harmonieusement.»

Dominique Nancy

Francine Ferland, Viens jouer dehors! Pour le plaisir et la santé, collection Pour les parents, Montréal, Éditions du CHU Sainte-Justine, 2012, 122 pages, 14,95 $.

 

Sur le Web