L'Université de Montréal accueille le budget avec prudence

L'Université de Montréal salue la décision du gouvernement du Québec de s'engager à maintenir les revenus gouvernementaux additionnels au Plan de financement des universités, tel que mis à jour dans le budget 2012-2013. Malgré cette bonne nouvelle, l'UdeM attend toujours la confirmation de certains engagements pris par le Parti Québécois en matière de financement de l'enseignement supérieur.

 

Le budget dévoilé aujourd'hui ne précise pas si les universités seront compensées pour le manque à gagner résultant de l'annulation de la hausse des droits de scolarité pour les années à venir, ce qui fragilise la situation budgétaire de l'Université de Montréal. Le manque à gagner correspond pour l'UdeM à quelque 5,3 millions de dollars pour l'année en cours. De plus, les perturbations du printemps dernier ont entrainé des coûts imprévus de l'ordre de 3,7 millions de dollars à l'UdeM qui n'ont pas non plus été compensés.

« L'UdeM est parvenue à l'équilibre budgétaire en effectuant des compressions importantes dans toutes les unités et nous avons même commencé à rembourser notre dette, souligne le recteur Guy Breton. Le budget présenté par le gouvernement du Québec laisse toutefois planer plusieurs incertitudes qui rendent difficile le maintien de cet équilibre.

«L'UdeM se classe toujours première parmi les universités francophones généralistes du monde, a ajouté le recteur Breton. Pour maintenir ce niveau et en faire bénéficier toute la société québécoise, il faut des ressources en conséquence. Les besoins des universités sont bien connus et nous en ferons à nouveau la démonstration lors du Sommet sur l'enseignement supérieur. »