Marie-Claire Blais reçoit un doctorat honoris causa de l'Université de Montréal

L'Université de Montréal remettra  aujourd'hui un doctorat honorifique à  Marie-Claire Blais. L'auteure québécoise de renommée internationale recevra cette distinction dans le cadre de la cérémonie de collation des grades de la Faculté des arts et des sciences, qui se tient cet après-midi à l'amphithéâtre Ernest-Cornier.

 

Occupant une place unique dans le paysage littéraire québécois, l'œuvre de Marie-Claire Blais est étudiée à l'Université de Montréal de manière continue, que ce soit dans les cours, les séminaires ou parmi les nombreux mémoires et thèses qui lui ont été consacrés. À plusieurs reprises au cours d'une carrière prolifique jalonnée de prix et de distinctions, qu'on pense au Prix Médicis, au Prix de l'Académie française, à l'Ordre national du Québec  et à bien d'autres, Mme Blais est souvent et généreusement venue à la rencontre des étudiants en littérature de l'UdeM.

« Depuis maintenant plus de 50 ans, l'œuvre de Marie-Claire Blais se distingue sur la scène nationale et internationale tant par son travail formel que par sa dimension sociale et éthique, a résumé le doyen de la Faculté des arts et des sciences, M. Gérard Boismenu. C'est avec fierté et reconnaissance que je m'associe à la remise de ce doctorat honorifique au moment même où le Département des littératures de langue française célèbre son cinquantenaire, coïncidant, à quelques années près, avec le jubilé de la production littéraire de Marie-Claire Blais. »

Originaire de Québec, Marie-Claire Blais a publié son premier ouvrage en 1959 à l'âge de 20 ans. Elle est l'auteure de romans, de recueils de poésie, de carnets et de pièces de théâtre. Ses œuvres font aujourd'hui partie des classiques de la littérature québécoise, notamment Une saison dans la vie d'Emmanuelle, traduit en 13 langues, mais aussi le cycle romanesque inauguré par Soifs en 1995, rhapsodie américaine écrite en français, qui reste sans équivalent dans la littérature contemporaine.