Des étudiants en musique jouent avec l'OSM

  • Forum
  • Le 26 novembre 2012

Quelques visages plus jeunes parmi les musiciens de l'OSM. (Image: Andrew Dobrowolskyj)Cinquante étudiants de la Faculté de musique de l'UdeM ont eu le bonheur de jouer, le 19 novembre, avec les musiciens de l'Orchestre symphonique de Montréal (OSM) sous la direction de Kent Nagano.

 

«Ce qui m'a le plus impressionné, c'est de voir comment l'OSM travaille, comment fonctionne un orchestre professionnel dans la vraie vie», raconte avec émotion Gabriel Trottier, cor solo de l'Orchestre de l'Université de Montréal (OUM).

Le concert privé avait pour but de remercier les donateurs de l'Université de Montréal, de HEC Montréal et de Polytechnique Montréal. Le recteur,

Guy Breton, et les directeurs de l'école de gestion, Michel Patry, et de l'école de génie, Christophe Guy, ont brièvement pris la parole pour remercier les invités et rappeler le lancement, cet automne, de la grande campagne de financement Campus Montréal. «Les principaux bénéficiaires de cette campagne sont nos étudiants, a souligné le recteur. Mais c'est toute la société qui profitera de leur réussite. Merci de soutenir Campus Montréal.»

Les étudiants sont montés sur la scène pour deux des quatre pièces au programme, la première du compositeur sir Peter Maxwell Davies, dirigée par le chef de l'OSM, la seconde de Chostakovitch, sous la direction de leur professeur, Jean-François Rivest, à la tête de l'OUM, qui a dirigé le deuxième mouvement de la 10e Symphonie du compositeur russe.

M. Rivest a tenu à dire à quel point l'expérience de jouer avec les musiciens de l'OSM donnait un formidable élan aux étudiants. Les musiciens de l'OSM sont des modèles pour nos jeunes, a-t-il résumé.

Quant à M. Nagano, il s'est montré enchanté d'accueillir les étudiants, dont il a vanté le travail pendant la générale ayant eu lieu quelques heures plus tôt. Les étudiants s'étaient tous donné le mot pour porter une cravate bleue. Mais, comme l'a noté le maestro, on pouvait les repérer de toute manière du fait qu'ils avaient deux ou trois années de moins que les musiciens de l'OSM!

Pour les étudiants triés sur le volet et répartis dans les sections des cordes, des vents et des percussions, l'expérience restera un moment fort de leur parcours universitaire.

«J'ai eu la chance, en répétition, de recevoir des conseils du timbalier de l'OSM. Et ce qui m'a le plus touché, c'est que, pour le concert, il m'a laissé toute la place dans le deuxième mouvement de Chostakovitch. J'ai assumé toute la partie de timbale à l'OSM! D'autre part, j'ai trouvé que les meilleures conditions pour jouer étaient réunies: deux très bons chefs, un grand orchestre, de bons instruments, une bonne salle... on pouvait se consacrer uniquement à la musique, sans contraintes techniques», relate Léo Guiollot, percussionniste de l'OUM.

P.d.R.

Cinquante étudiants de la Faculté de musique ont vécu une expérience inoubliable en jouant avec l'OSM. (Photos: Andrew Dobrowolskyj)

{gallery}001/2012-2013/no13/oum-osm{/gallery}