L'homme de l'Observatoire

  • Forum
  • Le 10 décembre 2012

  • Mathieu-Robert Sauvé

Bernard MalenfantDepuis le 24 février 1978, Bernard Malenfant est au service des chercheurs en astronomie, et sa journée commence à l'heure où la plupart des gens se préparent à dormir. «Il accompagne les chercheurs tout au long des nuits d'observation en s'assurant que tout se déroule de manière que soient optimisés les résultats de recherche.

 

Fixez l'objectif - Durée : 2 min 57 s

Depuis le 24 février 1978, Bernard Malenfant est au service des chercheurs en astronomie, et sa journée commence à l'heure où la plupart des gens se préparent à dormir. «Il accompagne les chercheurs tout au long des nuits d'observation en s'assurant que tout se déroule de manière que soient optimisés les résultats de recherche.

Il apporte son aide et prodigue de précieux conseils pour que les travaux de recherche soient menés à bien, surtout lorsqu'il s'agit d'étudiants qui en sont à leurs premières armes dans un grand observatoire», mentionne le directeur exécutif de l'Observatoire du Mont-Mégantic, Robert Lamontagne.

Bernard Malenfant est arrivé «dans la boite» du télescope quand celui-ci a été installé au sommet du mont appalachien, en 1979. «Depuis que je suis enfant, je rêve aux étoiles, confie-t-il à la caméra de Fixez l'objectif. Le poste de technicien d'observation m'intéressait donc beaucoup. C'était une façon pour moi de voyager dans l'espace.»

Lauréat du Prix du recteur 2012 dans la catégorie Engagement, celui qu'un journaliste de La Presse a surnommé Bernard Skywalker, en référence au héros de La guerre des étoiles, a beaucoup contribué à la culture scientifique des Québécois. Dès 1982, il crée le premier Festival d'astronomie populaire du Mont-Mégantic, une activité qui deviendra annuelle. La même année, avec une équipe de bénévoles, il balise des sentiers de randonnée dans la forêt environnante, participant ainsi à la création du parc national du Mont-Mégantic, en 1994.

Deux ans plus tard, un musée de l'astronomie prend forme et l'ASTROLab connait un succès grandissant. Ce musée reçoit aujourd'hui 20 000 visiteurs par an. La Société des musées québécois lui a accordé en 2006 la plus haute cote de qualité.

Son talent, son dévouement et son enthousiasme ont été reconnus à l'étranger. Il a refusé un poste à Hawaii, notamment. «Ma vie est liée au mont Mégantic», dit-il sans regret.

Mathieu-Robert Sauvé

 

À voir aussi