Québec Science: la moitié des découvertes de l'année faites par des chercheurs de l'UdeM et de Polytechnique

  • Forum
  • Le 4 janvier 2013

  • Dominique Nancy

L'Université de Montréal et son école affiliée, Polytechnique Montréal, s'illustrent dans le Palmarès annuel de la revue Québec Science avec 5 des 10 découvertes de l'année 2012.

 

Ce sont les travaux de l'anthropologue Ariane Burke, de l'astrophysicien Gilles Fontaine, de l'otorhinolaryngologiste Issam Saliba, du Dr Guy Rouleau et de l'ingénieur Michel Meunier qui ont retenu l'attention du jury de la revue de vulgarisation scientifique québécoise.

 

Professeure au Département d'anthropologie de l'UdeM, Ariane Burke a analysé le succès d'Homo sapiens dans sa conquête de la planète, ce qui a fait l'objet d'un article dans la revue Quaternary International. À son avis, la supériorité d'Homo sapiens réside dans  la création d'objets symboliques, qui ont favorisé le développement de son organisation sociale, survenu au cours du Paléolithique moyen, il y a de 200 000 à 35 000 ans. L'hypothèse originale avancée par Mme Burke n'a pas manqué de susciter l'intérêt de ses collègues paléoanthropologues et a fait couler beaucoup d'encre.

 

Gilles Fontaine et son équipe ont pour leur part découvert l'existence d'un petit système planétaire autour d'une ancienne étoile géante rouge. Parue dans Nature, la découverte bat plusieurs records. «Ces planètes sont les plus petites, les plus chaudes, les plus rapprochées de leur étoile et les plus rapides qui aient été observées jusqu'à maintenant», affirme Gilles Fontaine, professeur au Département de physique de l'UdeM. Tous les principaux chercheurs qui ont participé à cette recherche sont de ses anciens étudiants, dont Stéphane Charpinet, de l'Université de Toulouse, qui a dirigé les travaux.

 

Chirurgien et chercheur au CHU Sainte-Justine, affilié à l'Université de Montréal, Issam Saliba a signé en décembre 2011, dans la revue Archives of Otolaryngology – Head and Neck Surgery, un article démontrant une technique chirurgicale révolutionnaire pour traiter les perforations du tympan auprès des enfants et des adultes. De loin moins coûteuse mais tout aussi efficace que les techniques traditionnelles, cette nouvelle approche chirurgicale peut être réalisée en 20 minutes en clinique externe sur rendez-vous habituel avec un otorhinolaryngologiste, ce qui a pour effet de faciliter la tâche thérapeutique aux patients et aux parents, d'accroître l'accès à la chirurgie, de réduire considérablement les coûts et de désengorger les listes d'attente.

 

Les travaux de Guy Rouleau et son équipe ont permis de découvrir l'origine génétique du Tremblement Essentiel (TE), un trouble moteur fréquent dans la population dont la fréquence augmente avec l'âge. En reliant certains cas de TE à un problème génétique précis, Guy Rouleau, Nancy Merner et Patrick Dion, tous de la Faculté de médecine de l'Université de Montréal, ont réussi à identifier les gènes et la réaction du cerveau impliqués dans le Tremblement essentiel. Selon le Dr Rouleau, qui était à l'époque professeur à l'UdeM et directeur du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine, «cette découverte représente la première information génétique permettant de cerner le mécanisme pathologique causant le TE, ce qui sera bénéfique pour le diagnostic et l'élaboration de futurs médicaments».

 

Du côté de l'École Polytechnique, le professeur Michel Meunier, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en micro-nanoingénierie des matériaux par laser, a fait mouche avec son spectaculaire scalpel de lumière, un laser à impulsions ultra-courtes qui permet de modifier le matériel génétique d'une cellule cancéreuse. L'innovation, dont  l'énergie est concentrée par des nanoparticules d'or déposées sur la cellule, pourrait être utilisée pour freiner la migration des cellules cancéreuses et ainsi éviter la formation de métastases. Elle pourrait également conduire à la mise au point de nouvelles approches thérapeutiques en neurologie ou en cardiologie.

Le public est maintenant invité à voter pour la découverte de l'année parmi les sélections de la revue sur le site de Québec Science.

Dominique Nancy