La Faculté de musique aura une concentration Accompagnement au doctorat

  • Forum
  • Le 14 janvier 2013

Les musiciens spécialisés en accompagnement sont très recherchés. (Image: Filip Lundeholm)La Commission des études a approuvé à sa réunion du 11 décembre le projet de la Faculté de musique de créer la concentration Accompagnement au doctorat en musique (interprétation). Par ce projet, la faculté veut répondre aux besoins du monde professionnel. On cherche de plus en plus de musiciens spécialisés en accompagnement qui pourront ainsi diversifier leurs activités d'enseignement et de concertiste.

 

Ce programme de formation professionnelle est destiné à des interprètes déjà avancés. Deux options seront possibles: «vocale» et «instrumentale». Ce programme offrira la possibilité de faire des liens entre les aspects théoriques et pratiques de la musique et d'approfondir des habiletés écrites et orales.

Ergothérapie revue

Par ailleurs, les membres de la Commission ont donné leur aval au projet de la Faculté de médecine de modifier les programmes d'ergothérapie de deuxième cycle. L'ergothérapeute, dit le dictionnaire Larousse, «met en œuvre des soins et des interventions de prévention, d'éducation thérapeutique, de rééducation, de réadaptation, de réinsertion et de réhabilitation psychosociale visant à réduire et compenser les altérations et les limitations d'activité, développer, restaurer et maintenir l'indépendance, l'autonomie et l'implication sociale de la personne».

Les programmes d'études touchés (microprogramme, diplôme d'études supérieures spécialisées et maitrise) accepteront leurs premiers étudiants en septembre prochain. Selon le Dr André Ferron, vice-doyen aux sciences fondamentales, sciences de la santé, santé publique et études supérieures de la faculté, la nouvelle formation permettra notamment aux ergothérapeutes en exercice de mettre leurs connaissances à jour. Depuis quelques années, l'ordre professionnel exige en effet l'obtention d'une maitrise pour accéder à la profession et de nombreux ergothérapeutes en milieu hospitalier ne possèdent qu'une formation de premier cycle. Ce changement s'impose aussi pour mieux répondre aux besoins des praticiens, dont les clientèles sont de plus en plus complexes.

Comme on l'explique dans le document officiel, les programmes modifiés ont pour objectif d'«analyser les problématiques rencontrées en ergothérapie d'une manière multidimensionnelle, c'est-à-dire en considérant la complexité de l'interaction entre la personne, ses activités et son environnement».

Cela inclut l'application des concepts d'efficience, d'efficacité et de cout-avantage à l'évaluation et à l'intervention ergothérapeutiques. Les nouvelles technologies seront en outre mises à contribution.

M.-R.S.