Les experts de la vue de l'UdeM rencontrent le public à la Grande Bibliothèque

  • Forum
  • Le 21 janvier 2013

Jocelyn Faubert a démontré que les yeux peuvent parfois nous jouer des tours et voir des choses qui n'existent que dans notre imagination. «Veuillez fixer le point au centre des deux images qui vont s'afficher devant vous. La seconde vous fait voir une forteresse. Laissez maintenant votre regard quitter le point central...»

 

L'auditoire tombe des nues, car il se rend compte que la photo qu'il croyait voir en couleurs est, à vrai dire, en noir et blanc! Le bleu, le vert, le marron, le rouge n'étaient ici rien d'autre qu'une construction du cerveau.

Le psychophysicien Jocelyn Faubert a l'air de bien s'amuser quand il déconstruit les idées toutes faites. «La vision est une fonction dynamique, explique le professeur de l'École d'optométrie de l'Université de Montréal. Ce n'est pas l'œil qui voit, mais bien le cerveau.» Il sort d'autres lapins de son chapeau: il fait voir un cheval qui n'existe pas, tient le spectateur en haleine devant un escalier roulant, le convie à traverser à pied l'intersection la plus dangereuse du monde, fait percevoir la joie ou la nervosité dans une quinzaine de points en mouvement et met l'intelligence à l'épreuve avec huit petites balles.

La conférence que le professeur Faubert a livrée le 13 janvier dernier devant un public captivé, à l'auditorium de la Grande Bibliothèque (Bibliothèque et Archives nationales du Québec), constituait le point d'orgue de l'activité «Ouvrir l'œil sur sa vue», destinée à rapprocher le grand public des avancées de la recherche en matière de vision. Chercheurs, étudiants et experts en optométrie, ophtalmologie, kinésiologie, pharmacie et nutrition ont donc pu répondre aux questions du public et expliquer la nature de leurs travaux. Étaient présents à cette activité des 12 et 13 janvier le Bureau de soutien aux étudiants en situation de handicap et le Service documentaire adapté de la Bibliothèque des lettres et sciences humaines de l'UdeM. Elle était coordonnée par le Vice-rectorat aux relations internationales, à la Francophonie et aux partenariats institutionnels.

Le public a ainsi pu non seulement mieux comprendre les liens entre le cerveau et l'œil, mais aussi obtenir une foule d'informations pratiques sur le maintien de la santé de l'œil.

Deux autres conférenciers ont suscité un vif intérêt au cours de ces journées d'échange. Le Dr Jean Daniel Arbour, directeur du Département d'ophtalmologie de la Faculté de médecine de l'Université, est venu rappeler que la dégénérescence maculaire ne menace plus les personnes âgées de cécité. Pour sa part, le Dr Sylvain Chemtob, du même département, a donné un aperçu des recherches en ophtalmologie, notamment l'élaboration de traitements avec des cellules souches.

Richard Chartier
Collaboration spéciale


Le 13 janvier, le recteur, Guy Breton, a fait le tour des différents kiosques d'information sur la vision qui avaient été installés dans l'agora de la Grande Bibliothèque pour l'activité «Ouvrir l'œil sur sa vue». On le voit examiner une tablette qui permet de lire le braille, en compagnie de Judith Proulx (à gauche), ergonome au Bureau de soutien aux étudiants en situation de handicap, et Stéphanie Michaud, étudiante à l'UdeM. Cette activité de l'Université a permis aux visiteurs de mieux comprendre les mécanismes de la vision, souvent de façon ludique, et de découvrir entre autres les outils et la technologie adaptés au besoin des non-voyants.

(Photos: Andrew Dobrowolskyj

     

  •  
  •