Samuel Landry, le rassembleur des Carabins

  • Forum
  • Le 11 février 2013

Samuel Landry est un leadeur et un gars d'équipe. (Image: James Hajjar) Il devait être difficile pour un joueur du Vert et Or de l'Université de Sherbrooke de se concentrer au moment d'effectuer son service. Quand il s'est élancé, la foule s'époumonait, sifflait et jouait du tamtam pour le déranger.

 

L'équipe de volleyball masculin des Carabins, à son dernier match du calendrier le 2 février, pouvait compter sur l'appui de plusieurs athlètes des autres équipes des Bleus dans ce match crucial pour l'obtention de l'avantage du terrain en demi-finale.

L'ambiance était électrique et hostile à l'endroit des adversaires. Les Carabins présents ont répondu à l'appel du joueur de centre étoile Samuel Landry. Depuis son arrivée au sein de la jeune formation de volleyball des Carabins l'an dernier, il désire voir toutes les équipes s'encourager mutuellement.

«Je crois que c'est dans la culture du volleyball de miser sur des foules bruyantes pour déconcentrer l'adversaire, explique l'athlète de 1,93 mètre. Je trouve ça important que les autres équipes viennent mettre de l'ambiance dans le gymnase. De plus, sur le terrain, on se sent soutenus, ça nous motive. On ressent aussi une fierté de voir les autres Carabins autour de nous en plus des partisans. Nous avons tout à gagner à nous encourager comme ça.»

L'étudiant-athlète de 22 ans est notamment en contact avec des membres des autres formations des Bleus en travaillant aux camps de jour du CEPSUM durant l'été. Il n'est jamais bien loin du domicile des Carabins.

«Samuel trippe à inviter tout le monde à nos matchs et il nous pousse fortement à aller voir les matchs des autres équipes, affirme son coéquipier et capitaine, Guillaume Turcotte. C'est vraiment un bon instigateur du mouvement.»

Une équipe sur la pente ascendante

Depuis son entrée à l'UdeM la saison dernière, Samuel Landry fait partie intégrante de la reconstruction de l'équipe montréalaise. Cette année, la formation compte 8 joueurs recrues sur un effectif de 17 athlètes. Nommé rapidement dans l'équipe d'étoiles du Réseau du sport étudiant du Québec, il fait de son mieux pour encadrer les nouveaux venus et prendre soin de ses coéquipiers.

«J'essaie de partager mon expérience du mieux que je peux, mais on évolue tous ensemble, souligne cet étudiant en éducation physique et santé. Nous sommes plusieurs jeunes joueurs, accompagnés de quelques gars d'expérience. On pousse ensemble. Au départ, nous apprenons à perdre pour apprendre à gagner. Je crois que c'est le cheminement normal. L'important, c'est de rester concentré et de garder les yeux sur nos objectifs.»

Lorsque l'entraineur-chef Georges Laplante a vu Samuel Landry jouer au collégial, il a voulu que ce dernier se joigne à sa formation. Le volleyeur avait été choisi pour faire partie de la première équipe d'étoiles du circuit à chacune de ses trois saisons dans l'uniforme des Géants du cégep Saint-Jean-sur-Richelieu.

«À la base, Samuel est un très bon athlète, dit Georges Laplante. Il peut atteindre une bonne hauteur en sautant et il s'est beaucoup amélioré dans toutes les phases du jeu. Mais quand je l'ai vu jouer à Saint-Jean, j'ai vu que c'était un leadeur et qu'il semblait être un bon coéquipier.»

Guillaume Turcotte, un vétéran qui a entrepris sa dernière saison universitaire, abonde dans le sens de son entraineur. «Sam est un gagnant, affirme-t-il. Il réussit à remonter l'équipe et les gars le suivent. Parfois, il veut tellement en faire qu'il oublie un peu de penser à lui. Il continue de gagner de l'expérience et il apprend beaucoup là-dedans.»

Au cœur des séries éliminatoires

Les Carabins ont remporté leur dernier match du calendrier contre le Vert et Or. Ils ont donc obtenu l'avantage du terrain en demi-finale provinciale, une première depuis 2010. Cette série avait lieu ce weekend. Durant ce match, on a pu voir une équipe unie qui avait à cœur d'obtenir la victoire.

La progression des Bleus se poursuit. Ils ont connu leur meilleure saison des trois dernières années. Tout indique que Samuel Landry et les jeunes loups des Carabins continueront leur ascension au cours des prochaines années et qu'il y aura de plus en plus de raisons d'aller les voir jouer.

Mathieu Dauphinais
Collaboration spéciale