La gestion du stress pour prévenir la douleur chronique

Les personnes souffrant de douleur chronique, à la suite par exemple d'un accident, auraient avantage à se prémunir contre les effets aggravants du stress. Ceci est particulièrement important chez les personnes dont l'hippocampe a un volume plus petit que la moyenne, car elles y seraient davantage vulnérables.

 

C'est ce que révèle une étude du Dr Pierre Rainville, P.h. D. en neuropsychologie, chercheur au Centre de recherche de l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM) et professeur à la Faculté de médecine dentaire de l'Université de Montréal, et de son étudiant, Étienne Vachon-Presseau, doctorant en neuropsychologie. L'étude est publiée dans la revue Brain de l'Oxford University Press. « Le cortisol, une hormone fabriquée par les glandes surrénales est parfois appelée “l'hormone du stress”, car ce dernier active sa sécrétion. Notre étude démontre qu'un hippocampe de petit volume est associé à un plus haut taux de cortisol, ce qui amène une vulnérabilité accrue à la douleur et augmenterait le risque de développer une chronicité de cette douleur », d'expliquer Étienne Vachon-Presseau.

Pour sa part, le Dr Pierre Rainville précise : « Notre recherche permet de mieux comprendre les mécanismes neurobiologiques qui expliquent ce lien important entre le stress et la douleur. Que ce soit à la suite d'un accident, d'une maladie ou d'une chirurgie, les événements douloureux de notre vie impliquent souvent un niveau de stress élevé. L'intérêt de ces résultats est qu'ils donnent des pistes aux gens aux prises avec de la douleur pour en diminuer l'impact et peut-être en éviter la chronicité. En effet, en complément à leur traitement médical, les personnes souffrant de douleur peuvent travailler sur leur gestion du stress et leur peur de la douleur avec l'aide d'un psychologue et par divers moyens comme la relaxation ou la méditation. »

Résumé de la recherche

16 patients atteints de lombalgie chronique et un groupe contrôle de 18 sujets sains ont participé à l'étude. Cette dernière a examiné les liens entre quatre facteurs : 1) le taux de cortisol, recueilli par des prélèvements de salive; 2) le rapport clinique de douleur exprimée par les patients le jour du test (auto-perception de leur douleur); 3) le volume de l'hippocampe par imagerie par résonnance magnétique anatomique (IRM); et 4) l'activation du cerveau vue par IRM-fonctionnelle à la suite de stimulations thermiques douloureuses. Les résultats ont montré que les patients atteints de douleurs chroniques ont de manière générale des niveaux plus élevés de cortisol que les sujets du groupe contrôle.

L'analyse des données révèle que les patients dont l'hippocampe est plus petit présentent les taux de cortisol les plus élevés et des réponses plus fortes à la douleur aiguë dans une région du cerveau impliquée dans l'anticipation et l'anxiété liée à la douleur. Cette réponse du cerveau à la douleur reflète également l'intensité de la douleur chronique du patient au moment du scan. Ces résultats appuient le modèle de vulnérabilité à la douleur chronique et suggèrent que les personnes ayant un hippocampe plus petit développent une réponse de stress plus importante qui contribuera à augmenter leur douleur et peut-être leur risque de souffrir de douleur chronique. Cette étude appuie les interventions visant à améliorer la gestion du stress chez les personnes souffrant de douleur chronique.

À propos des auteurs principaux

Dr Pierre Rainville, P.h. D. en neuropsychologie, chercheur au Centre de recherche de l'IUGM

Directeur du Laboratoire de neuropsychophysiologie de la douleur

Professeur titulaire, Département de stomatologie, Faculté de médecine dentaire, Université de Montréal

Groupe de recherche sur le système nerveux central (GRSNC), Université de Montréal

Étienne Vachon-Presseau, doctorant en neuropsychologie, Département de psychologie, Université de Montréal

Référence

Étienne Vachon-Presseau, Mathieu Roy, Marc-Olivier Martel, Etienne Caron, Marie-France Marin,  Jeni Chen, Geneviève Albouy, Isabelle Plante, Michael J. Sullivan, Sonia J. Lupien et Pierre Rainville. “The stress model of chronic pain: evidence from basal cortisol and hippocampal structure and function in humans”, 18 février 2013.

L'Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM) en bref
L'IUGM dispose de 452 lits de courte et de longue durée et d'un centre ambulatoire, comprenant notamment l'une des rares cliniques existantes à travers le monde de gestion de la douleur chronique spécialisée chez les aînés. Il est le chef de file au Québec dans les pratiques cliniques, les soins spécialisés, la promotion de la santé et le développement des connaissances sur le vieillissement et la santé des personnes âgées. L'IUGM, c'est quelque 1 300 employés, médecins, chercheurs et bénévoles, tous spécialisés dans les soins et les services aux personnes âgées. Notre Centre de recherche est reconnu comme le plus grand de la francophonie dans le domaine du vieillissement. Membre du grand réseau d'excellence en santé de l'Université de Montréal, l'IUGM accueille chaque année des centaines d'étudiants, stagiaires et chercheurs du domaine du vieillissement et de la santé des personnes âgées.

Une copie de l'étude complète peut être envoyée sur demande aux représentants des médias.

Information :

Geneviève Desrosiers/Frédérique Laurier

Communications et affaires publiques

514 340-2800, poste 3298 ou 3554

genevieve.desrosiers.iugm@ssss.gouv.qc.ca

frederique.laurier.iugm@ssss.gouv.qc.ca