Bienvenue au Club de lecture de l'UdeM!

  • Forum
  • Le 11 mars 2013

  • Marie Lambert-Chan

Marie ScultoreAvis à tous les amateurs de littérature, l'Université de Montréal a désormais son club de lecture (CLUM). Créé au début du mois de février, ce regroupement est à la recherche de membres désireux de partager leurs expériences de lecture.

 

Mis sur pied par Marie Scultore, étudiante à la Faculté de l'éducation permanente de l'UdeM, le CLUM proposera au cours des prochains mois de redécouvrir de grands auteurs comme Marcel Proust, Marguerite Duras, Anton Tchekhov, Milan Kundera, Rainer Maria Rilke et José Saramago.

Marie Scultore invite les professeurs, les chargés de cours, les employés et surtout les étudiants à renouer avec la littérature. «On a tous pris l'habitude de discuter de films ou de séries télévisées, mais il est plus rare d'entendre des gens comparer leurs impressions d'un même livre, remarque-t-elle. C'est encore plus flagrant chez les étudiants. Ils sont tellement pris par leurs lectures obligatoires qu'ils ne lisent plus pour le plaisir de lire. Peu à peu, ils perdent l'envie de se plonger dans un roman, ce qui m'attriste beaucoup. Notre génération doit se remettre à la lecture, car après tout la littérature fait partie de notre culture, de notre patrimoine.»

Le CLUM respectera évidemment la formule classique de tout bon club de lecture: périodiquement, un livre sera proposé aux membres, qui auront quelques semaines pour le lire et se réuniront après coup pour en discuter. Pour le moment, ces lectures imposées toucheront aux thèmes identitaires. «Il y aura d'abord la littérature française, puis québécoise, hispanophone, arabophone, germanophone, etc.», précise Mme Scultore, qui est également engagée au sein de l'Action humanitaire et communautaire de l'Université.

La jeune femme désire toutefois aller plus loin. Des auteurs, libraires et éditeurs seront invités pour prononcer des conférences. «Il y en aura bientôt une qui sera donnée en espagnol sur l'œuvre de Juan Rulfo Pedro Paramo», dévoile-t-elle. Des ateliers de création littéraire seront aussi offerts. Des sorties de groupe seront planifiées en fonction des manifestations littéraires se tenant dans la métropole. L'étudiante a même comme projet d'organiser une grande dictée.

Marie Scultore espère attirer des participants de tous les horizons. «Le CLUM n'est pas réservé qu'aux gens en littérature ou en philosophie. J'aimerais bien accueillir des étudiants inscrits en sciences.»

Elle ajoute que le CLUM se veut en outre un moyen de briser l'isolement dans lequel vivent plusieurs étudiants. «C'est une occasion de faire de belles rencontres, observe-t-elle. Nous avons même créé un blogue afin de ne pas perdre le contact. Ceux qui ne se rendent pas aux rencontres peuvent tout de même y déposer leurs impressions.»

Aucuns frais d'inscription ne sont exigés. «Nous demandons seulement aux membres de se procurer eux-mêmes les ouvrages proposés», signale Marie Scultore. Ils pourront le faire à la librairie de l'Université de Montréal qui, avec le Service d'impression, s'associe au CLUM. La librairie réservera une place spéciale aux ouvrages du Club sur ses rayons.

Le CLUM sera officiellement lancé le 15 mars à 17 h 30 au pavillon du 3200–Jean-Brillant, local B-2371.

Toute personne intéressée peut s'inscrire en ligne.

Marie Lambert-Chan