Un nouveau médicament réduit les dommages au cœur

Une seule dose d'un médicament anti-inflammatoire expérimental réduit considérablement le dommage causé au muscle cardiaque pendant une angioplastie (déblocage d'une artère), selon une récente étude clinique internationale dirigée par le Dr Jean-Claude Tardif, directeur du Centre de recherche de l'Institut de cardiologie de Montréal, affilié à l'Université de Montréal.

 

Présentés le 10 mars à un important congrès américain de cardiologie à San Francisco, ces résultats s'avèrent très prometteurs.

«Ce médicament, l'inclacumab, pourrait bien devenir une partie intégrante de l'arsenal thérapeutique de la cardiologie moderne si nous confirmons nos résultats dans les prochains travaux. Nous pourrions l'utiliser de façon plus généralisée, c'est-à-dire chez tous les patients qui font une crise cardiaque, mais ceci nécessitera des études supplémentaires», a affirmé le Dr Tardif, également professeur de médecine à l'UdeM et chercheur principal de l'étude.

Chaque année, environ 35 000 angioplasties des artères du cœur sont réalisées au Canada et plus d'un million aux États-Unis en raison de l'athérosclérose. Cette affection se caractérise par des artères qu'obstruent des dépôts de gras (cholestérol), de calcium et de déchets cellulaires. Avec le temps, les artères perdent leur élasticité et rétrécissent; la circulation du sang se trouve alors ralentie ou bloquée. À cause des complications qui peuvent en découler (angine, crise cardiaque, AVC, etc.), les patients peuvent ultimement avoir besoin d'une angioplastie, une intervention percutanée qui dilate l'artère à l'endroit du rétrécissement et qui rétablit la circulation sanguine. Toutefois, durant une angioplastie, les tissus cardiaques peuvent être endommagés et une cascade d'inflammation peut mener à d'autres complications.

Or, le Dr Tardif et son équipe ont découvert que l'administration d'une seule dose d'inclacumab réduit de 24% le taux de troponine I, un marqueur utilisé en clinique pour diagnostiquer les crises cardiaques, après l'angioplastie.