Décès du professeur Pierre Gangloff

Le regretté Pierre Gangloff, professeur au Département de géographieC'est avec tristesse que l'Université de Montréal a appris le décès de Pierre Gangloff, professeur titulaire retraité au Département de géographie.

 

Titulaire d'un doctorat de l'Université de Strasbourg, Pierre Gangloff s'est joint au Département de géographie en 1965 comme chargé d'enseignement, avant d'y devenir professeur en 1970. Dès le début de sa carrière, il a orienté ses recherches vers la géomorphologie, privilégiant deux axes, soit la cartographie géomorphologique détaillée et les reconstitutions paléogéographiques.

Sous sa direction, des étudiants de l'UdeM ont notamment cartographié la feuille du mont Nuvulialuk dans la péninsule du Labrador, la région du canal Eclipse dans les monts Torngat, le sud de l'île Diana dans le détroit d'Hudson, et la région d'Huntingdon dans la plaine de Montréal.

Pierre Gangloff s'est également investi dans diverses tâches administratives. Il a notamment été directeur intérimaire du Département de géographie et directeur du Centre de recherches écologiques de Montréal, en plus de diriger la revue Géographie physique et quaternaire. Soucieux de l'amélioration des études universitaires, M. Gangloff a collaboré pendant plusieurs années à différents comités, dont le Comité des études de l'Université, la Sous-commission du premier cycle et la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec.

En 1995, ses qualités exceptionnelles d'enseignant lui ont valu le prix d'excellence en enseignement, secteur des sciences, de l'Université de Montréal. Un prix hautement mérité, comme l'illustrent les témoignages d'anciens étudiants : « un prof marquant qu'aucun étudiant de géographie ne pourrait oublier » ; « une livraison magistrale » ; « une personnalité incroyablement subtile, un humour farfelu, un professeur passionnant ».

Selon Pierre J. H. Richard, professeur émérite au Département de géographie, collègue et ami, « Pierre Gangloff était un être fraternel, un grand semeur, un homme qui nous faisait voir le monde différemment, généreux dans ses enseignements et dans l'appui à ses étudiants et à ses collègues. Visionnaire, il était iconoclaste à bien des égards mais empreint d'une profonde bonté. Travailler auprès de lui et avec lui était un enrichissement, tant pour ses explications à propos des formes du relief, de la géophysiologie planétaire ou de la géomorphologie du Québec, que pour ses qualités humaines. »

Pour connaître les détails du service commémoratif, veuillez consulter l'avis de décès.