Le GRSNC a perdu un de ses membres fondateurs

Laurent Descarries (1939-2012)Le 3 octobre 2012, l'Université de Montréal perdait un neuroscientifique de renom, le Dr Laurent Descarries, mort à l'âge de 73 ans. Professeur titulaire au Département de pathologie et biologie cellulaire de la Faculté de médecine, chercheur de réputation internationale, le professeur Descarries était reconnu pour ses travaux sur la structure fine des terminaisons axonales monoaminergiques (noradrénaline, dopamine et sérotonine) et cholinergiques (acétylcholine) du cerveau.

 

Ses études démontrant le caractère non synaptique des terminaisons axonales de ces neurones et sa proposition selon laquelle ces neurones joueraient un rôle dans une forme de transmission «diffuse» de l'information dans le cerveau ont attiré l'attention de nombreux chercheurs de par le monde. Le réputé neuroanatomiste suédois Kjell Fuxe a écrit dans son livre Volume Transmission Revisited, paru en 2000: «Le sujet de notre recherche est né il y a un peu plus de 100 ans, à la suite des travaux du Prix Nobel Camillo Golgi. Puis ce concept a disparu des écrans radars pour ne réapparaitre que dans les années 70, alors que Laurent Descarries a proposé que les neurones monoaminergiques centraux puissent communiquer avec les autres neurones sans l'intermédiaire de spécialisations synaptiques classiques.»

Formé en médecine (1961) puis en neurologie (1966) à l'Université de Montréal, le Dr Descarries a entrepris sa carrière de chercheur au cours d'une formation postdoctorale au Massachusetts General Hospital de l'Université Harvard à Boston (1963-1966). Durant cette période, il a travaillé avec le neurologue Otto Appenzeller sur les dysfonctions du système nerveux périphérique associées aux maladies du système vasculaire cérébral. Il a ensuite poursuivi sa formation en neuroanatomie sous la tutelle de Bernard Droz, un anatomiste de grand renom du Centre d'études nucléaires de Saclay, en France (1967-1969), avec lequel il a contribué à la popularisation de l'utilisation de la technique d'autoradiographie combinée avec la microscopie électronique pour l'étude de la structure fine des neurones.

Laurent Descarries a été recruté par la Faculté de médecine de l'UdeM en 1969, où il a fait toute sa carrière. Financé par une série ininterrompue de subventions du Conseil de recherches médicales du Canada, puis des Instituts de recherche en santé du Canada, son groupe de recherche a publié un nombre impressionnant de travaux qui ont fait école dans l'avancement des connaissances sur la structure des terminaisons axonales noradrénergiques, dopaminergiques, sérotoninergiques et cholinergiques dans les cerveaux du rat et de la souris, menant à la théorie de la transmission diffuse. Le Dr Descarries aura fait paraitre en tout plus de 140 articles de recherche et revues de la littérature, et plusieurs chapitres de livres.

Laurent Descarries a été une figure de proue des neurosciences au Québec et au Canada. Il a participé à la création du Centre de recherche en sciences neurologiques à la Faculté de médecine de l'Université en 1971, permettant ainsi le regroupement des neurobiologistes du campus de l'UdeM et des centres de recherche hospitaliers affiliés. Il a aussi été l'un des membres fondateurs du Groupe de recherche sur le système nerveux central (GRSNC), qui est appuyé financièrement par le Fonds de recherche du Québec – Santé. Il a agi à titre de secrétaire de la Faculté de médecine entre 2004 et 2006 et a organisé pour le compte du GRSNC plusieurs symposiums internationaux dans le domaine des neurosciences. Les contributions remarquables du Dr Descarries lui ont valu le prix Léo-Pariseau pour la recherche biomédicale en 2005. Laurent Descarries était en outre un mentor exceptionnel: il a formé plus de 60 étudiants aux cycles supérieurs, stagiaires postdoctoraux et chercheurs invités; plusieurs sont maintenant à la tête de leur propre laboratoire ou sont devenus à leur tour des figures marquantes du milieu de la recherche au Canada: Alain Beaudet, Philippe Séguéla, Patrick Cossette, Mario Beauregard, Guy Doucet, Jean-Jacques Soghomonian, Jean-Paul Soucy, Naguib Mechawar et Martin Parent.

En tant que collègues, collaborateurs et amis de Laurent Descarries, nous saluons son exceptionnelle carrière et ses contributions scientifiques. Il nous manquera beaucoup.

Louis-Éric TrudeauPierre Drapeau, Trevor DrewSerge Rossignol, Université de Montréal
Naguib Mechawar,
Université McGll
Alain Beaudet,
Instituts de recherche en santé du Canada