Il y a désormais un doctorat professionnel en neuropsychologie clinique

  • Forum
  • Le 26 août 2013

  • Mathieu-Robert Sauvé

Ce nouveau doctorat répondra à une demande grandissante pour l’évaluation en neuropsychologie clinique. (Image: iStockphoto)Le programme de doctorat du Département de psychologie de la Faculté des arts et des sciences (FAS) de l'Université de Montréal comprend désormais deux concentrations : à la psychologie clinique vient de s'ajouter la neuropsychologie clinique.

 

«Ces modifications vont dans le sens des recommandations du ministère de la Santé et des Services sociaux, qui prônent des formations professionnelles de plus courte durée et qui sont davantage axées sur la clinique», fait-on valoir dans le document de présentation déposé à la Commission des études le 4 juin dernier.

Le département répond ainsi à une demande grandissante pour l'évaluation en neuropsychologie clinique. «Il y a actuellement une pénurie sur le marché du travail, a signalé la porte-parole du Département de psychologie venue présenter le projet aux membres de la Commission des études. Également, on veut encourager la voie vers la recherche. L'Ordre des psychologues du Québec exige de plus en plus une formation doctorale spécifique pour la neuropsychologie clinique. Cette concentration répondra à ces besoins.»

De son côté, à la Faculté de médecine, l'École de réadaptation créera un programme de qualification en ergothérapie pour les professionnels formés à l'étranger. «Le rehaussement du diplôme d'entrée à la profession au niveau maitrise dans notre province a creusé un écart avec divers pays où la formation d'ergothérapeute ne rejoint pas encore les équivalences d'un baccalauréat, entrainant par le fait même des besoins additionnels au niveau de la formation d'appoint», peut-on lire dans le document déposé.

L'Université de Montréal a collaboré avec l'Ordre des ergothérapeutes du Québec pour analyser les besoins des ergothérapeutes ayant été formés à l'étranger et ayant obtenu leur droit d'exercer au Québec. À la lumière de ces résultats, le nouveau programme comprendra des cours de premier et de deuxième cycle. Il accueillera de cinq à neuf candidats par année et se greffera sur les programmes existants.

Aussi, des changements sont proposés au Programme d'études médicales de premier cycle afin de répondre à certains critères des agréments canadien et américain. Les modifications visent à mieux préparer les externes aux entrevues de jumelage en résidence et à les soutenir dans leur développement professionnel. «Pour aider ce jumelage en résidence, nous avons décidé de les exposer à un plus grand nombre de stages à option. Nous souhaitons aussi diminuer les interruptions de formation en milieux cliniques durant l'externat et concentrer certains cours ainsi que certaines activités académiques», souligne-t-on.

Musiques numériques

À la Faculté de musique, un baccalauréat en musiques numériques remplacera le baccalauréat en musique, composition électroacoustique. La réorganisation des cours sera effectuée de manière à assurer un arrimage avec les programmes de majeure et de mineure en musiques numériques.

«Tout en conservant la composante en musique électroacoustique, le programme modifié intègrera également les contenus de formation liés à la conception sonore et à l'informatique musicale», indique le document officiel. Le nouveau programme est constitué de cours existants et de cours à concevoir, et comporte aussi des cours du Département d'histoire de l'art et d'études cinématographiques et du Département d'informatique et de recherche opérationnelle de la FAS; un cours sur le droit d'auteur en musique relèvera de la Faculté de droit.

Par ailleurs, la Faculté de musique attire de plus en plus d'étudiants étrangers et veut favoriser leur intégration par un programme d'accès aux études universitaires en musique. Celui-ci s'adressera principalement aux étudiants de l'extérieur du Québec ou à ceux n'ayant pas de diplôme d'études collégiales mais qui ont obtenu leur diplôme d'études secondaires au Québec il y a au moins quatre ans.

La faculté, mentionne-t-on, veut maximiser le recrutement en dehors des frontières québécoises, particulièrement dans le reste du Canada et en France. On veut également recruter des étudiants en Asie et aux États-Unis. «La formation dans nombre de pays non nord-américains passe par les conservatoires ou les écoles de musique qui concentrent généralement leurs efforts sur la formation des interprètes et des compositeurs et limitent l'enseignement de champs plus théoriques de la discipline musicale à l'histoire de la musique. La formation offerte par la Faculté de musique vise à diversifier l'approche théorique, à s'ouvrir à de nouvelles réalités interdisciplinaires, à préparer le terrain d'une recherche fructueuse et à faire dialoguer, grâce à la circulation des savoirs, ses trois secteurs disciplinaires», dit le document officiel.

Mineure en études catalanes

À la suite d'un accord de collaboration intervenu entre l'Université de Montréal et l'Institut Ramon-Llull, le Département de littératures et de langues modernes offre depuis 2007 cinq cours et un module en études catalanes. C'est ce qui a rendu possible la création d'une mineure en études catalanes, qui a été approuvée le 4 juin. Ce programme a pour but d'offrir une solide formation en langue, littérature et culture catalanes ou en traduction catalan-français. La mineure permettra d'effectuer un stage en milieu de travail ou un séjour d'immersion en pays catalan.

Entre septembre 2007 et juin 2012, on a compté 231 inscriptions aux cours de langue et culture catalanes; une douzaine d'étudiants ont profité d'une bourse d'immersion de l'Institut Ramon-Llull en région catalane; et 10 étudiants se sont inscrits au module en langue et culture catalanes.

Sciences biologiques et traduction

Au fil de la dernière année, les programmes de premier cycle en sciences biologiques ont subi des modifications liées à l'arrivée d'un nouveau baccalauréat interfacultaire en microbiologie et immunologie, qui sera conjointement offert par la FAS et par la Faculté de médecine. La Commission des études a approuvé ces modifications.

Une concentration a été abolie et des cours ont été créés. «En outre, dit le document de référence, le Département de sciences biologiques a renouvelé ses effectifs professoraux au cours des dernières années, avec l'engagement récent de quatre nouveaux professeurs. Ces professeurs amènent de nouvelles expertises et souhaitent développer des cours dans des domaines en émergence. Ces cours reflètent également davantage le type de recherche qui se fait maintenant au département et les récents développements de la discipline.»

Du côté de la formation des traducteurs, l'Université de Montréal veut s'imposer sur les marchés d'Amérique du Nord et du Sud et rend ses programmes multilingues. «De plus en plus, on attend des traducteurs la connaissance d'une troisième langue», rappelle Monique Cormier, directrice du Département de linguistique et de traduction.

«Le projet vise d'abord, sans s'y limiter, à intégrer des formations dans les quatre langues principales parlées en Amérique afin de répondre aux besoins futurs pouvant découler d'ententes prochaines avec les pays de ce continent, déclare-t-on dans le document de présentation, qui ajoute que le Brésil est aujourd'hui la 10e puissance économique mondiale. L'accroissement de nos échanges d'étudiants avec l'Amérique latine, surtout au 2e et au 3e cycles, ne peut que bonifier l'expérience que peuvent avoir nos étudiants des langues et des cultures d'autres pays dans notre département et dans ceux du secteur Lettres et sciences humaines en général.»

Mathieu-Robert Sauvé