La médecine sans frontières de Joanne Liu

  • Forum
  • Le 26 août 2013

  • Mathieu-Robert Sauvé

La Dre Liu a choisi la pédiatrie, «toujours utile en zones de crise». Ici en Éthiopie en 2008.Le 28 juin dernier, Joanne Liu, urgentologue pédiatrique au CHU Sainte-Justine – affilié à l'Université de Montréal, où elle est également professeure –, a été élue à la présidence du conseil international de Médecins sans frontières (MSF), l'une des plus importantes organisations humanitaires du monde.

 

Son mandat de trois ans au siège social de MSF à Genève commence en octobre. C'est la deuxième fois en 43 ans d'histoire de l'organisation qu'un Canadien occupe ce poste.

Plus qu'un métier, une vocation

Originaire de Québec, où son père tenait le restaurant China Garden, Joanne Liu a déménagé à Montréal dans les années 80 pour faire son doctorat en médecine à l'Université McGill. Avant l'âge de 20 ans, elle avait déjà acquis une solide expérience internationale de travail grâce aux organismes Katimavik et Carrefour canadien international. Devenue docteure, elle ira soigner des gens dans le Grand Nord et au Nouveau-Brunswick, «partout où l'on a besoin de médecins, explique-t-elle. J'ai choisi la médecine dans un objectif très précis: travailler à l'étranger auprès des plus démunis.» La spécialité pédiatrique, toujours utile en zones de crise, a d'ailleurs été choisie en conséquence. La Dre Liu a aussi suivi une formation en urgence pédiatrique pendant deux ans à l'hôpital Bellevue, à New York, reconnue pour sa clientèle issue de milieux défavorisés.

Depuis, cette pédiatre urgentologue a pris part à 20 missions sur quatre continents. Elle a entre autres mis en place un réseau mondial de télémédecine appliquée à l'humanitaire. Ainsi, un médecin devant un patient au Congo peut avoir l'avis immédiat d'un spécialiste en hématologie de l'université de Toronto ou de Londres par exemple.

Elle trouve inacceptable qu'en 2013 on meure encore de déshydratation, de faim et de rougeole. «Il y a des maladies relativement faciles à soigner à condition d'avoir la main-d'œuvre et l'équipement nécessaires.»

De nouveaux défis

Sans s'être lassée de travailler directement auprès de patients durant plus de 20 ans d'engagement humanitaire, la Dre Liu désire servir la cause dans une autre perspective. Après avoir assumé les fonctions de médecin sur le terrain puis de chef de mission, elle a été directrice de programmes de MSF à Paris de 1999 à 2002. Elle a par la suite occupé la présidence de MSF Canada de 2004 à 2009.

Pour ce nouveau mandat qui la tiendra à l'écart de la salle des urgences montréalaise pendant les trois années à venir, la Dre Liu a reçu l'appui de l'Université de Montréal et du CHU Sainte-Justine. Elle n'abandonne pas pour autant ses fonctions universitaires, car elle a lancé l'idée d'une chaire humanitaire internationale qu'elle aimerait mettre en place au cours des prochaines années. «Je crois que l'Université de Montréal peut jouer un rôle prépondérant sur la scène internationale et ce serait une façon de le faire.»

Mathieu-Robert Sauvé

 

Un portrait de la Dre Liu paraitra dans le numéro d'automne de la revue Les diplômés.