Après le doctorat, comment réussir son plongeon dans le monde du travail?

  • Forum
  • Le 3 septembre 2013

  • Martin LaSalle

Mme Falconetto a rappelé aux étudiants l’importance du réseautage lorsqu’on est en recherche d’emploi.Une croyance populaire veut que les titulaires d'un doctorat dénichent majoritairement un travail en milieu universitaire à la fin de leurs études. Or, c'est vrai seulement dans 28 % des cas, soit pour un peu plus d'un diplômé sur quatre.

 

Ainsi, 72 % des nouveaux docteurs doivent tenter d'intégrer un marché du travail où certaines perceptions à leur endroit – dont la surqualification – peuvent les désavantager à l'embauche.

Pour les aider à dépasser certains préjugés et les outiller afin de mieux se mettre en valeur, la Faculté des études supérieures et postdoctorales (FESP) a organisé l'École d'été doctorale et postdoctorale en collaboration avec Mitacs, une organisation nationale de recherche sans but lucratif.

Les 20 et 21 aout dernier, une soixantaine d'étudiants sont donc retournés en classe pour prendre part à quatre ateliers portant sur la communication, l'étiquette en affaires, la propriété intellectuelle et l'appropriation d'outils numériques évolués et propres au milieu du travail.

Le réseautage, meilleur moyen de trouver du travail

Avant la tenue des ateliers, les participants ont entendu Geneviève Falconetto, associée directrice du bureau montréalais d'Odgers Berndtson, un important cabinet de recrutement de cadres présent dans 29 pays.

D'entrée de jeu, Mme Falconetto a souligné l'importance du réseautage lorsqu'on est en recherche d'emploi. Selon elle, le réseautage classique serait presque deux fois plus efficace que tout autre moyen pour trouver du travail.

Elle a prodigué plusieurs conseils pour mieux réseauter. «D'abord, il importe de se rendre visible aux yeux de ceux qui pourraient soit vous embaucher, soit financer un projet de recherche ou de stage», a-t-elle insisté.

Par exemple, lorsqu'on est invité à un cocktail, il faut préalablement savoir quels dirigeants d'entreprise seront présents et se renseigner à leur sujet. «Pendant le coktail, allez à leur rencontre, présentez-vous et parlez-leur brièvement de votre intérêt à l'égard de leur société, puis indiquez que vous aimeriez discuter plus longuement de ce que vous pourriez apporter à l'entreprise», mentionne Mme Falconetto.

Le lendemain ou quelques jours plus tard, il faut les rappeler pour demander un rendez-vous, idéalement en leur parlant directement. Et une fois le rendez-vous fixé, il faut entreprendre quelques recherches pour bien comprendre l'entreprise dans laquelle on souhaite travailler.

«Après vous être consacrés avec passion à votre sujet de thèse, il faut changer de paradigme lorsque vous effectuez une recherche d'emploi et élargir votre vision, explique Mme Falconetto. Vous devez scruter l'environnement de l'entreprise que vous ciblez et découvrir de quelle façon vous pouvez répondre à un besoin concret, comment vous pouvez l'aider à se positionner plus avantageusement, à partir des connaissances que vous avez acquises.»

Apprendre à se mettre en valeur en entrevue

Une entrevue d'embauche commence dès le premier contact visuel avec le futur employeur. «Les 20 premières secondes sont cruciales et le reste de l'entrevue sert à valider les impressions émanant de ces 20 secondes», avertit Geneviève Falconetto.

D'où l'importance de bien se présenter, à commencer par l'aspect vestimentaire. «Même si vous rencontrez le patron de Google qui porte des jeans et un teeshirt, ne cherchez pas à l'imiter: portez des vêtements classiques qui ne distrairont pas votre interlocuteur», a-t-elle illustré.

Il faut aussi savoir se vendre avec concision et pertinence. «Exercez-vous à présenter un résumé de votre parcours en mettant vos talents et votre expertise en valeur, poursuit Mme Falconetto. C'est à vous de diriger l'entrevue et de mettre vos points forts en lumière, sans toutefois être arrogant.»

Enfin, il faut être en mesure d'expliquer la contribution réelle qu'on est en mesure d'apporter à l'entreprise. «Et sachez faire le lien entre les compétences que vous possédez grâce à votre doctorat et votre connaissance des enjeux auxquels l'entreprise doit fait face», ajoute-t-elle.

Ne refusez pas une première expérience de travail

Dernier point et non le moindre: obtenir l'emploi idéal demande de la patience et de la résilience.

«Le premier emploi qu'on vous offrira ne sera sans doute pas tout à fait conforme à l'image de votre emploi idéal. Mais ne refusez pas une première occasion de travailler dans votre domaine parce que chaque expérience vous aidera à cheminer vers l'emploi que vous convoitez», conclut Geneviève Falconetto.

Martin LaSalle

 

Vox pop

Hébert Lacombe, doctorant en science des religions: «Les ateliers étaient très intéressants parce qu'ils visent à nous aider à mieux nous vendre, à accrocher les gens pour qu'ils nous écoutent et nous comprennent.»

 

 

Valérie Lavastre, docteure en immunologie et postdoctorante en neurologie et génétique: «L'importance du réseautage évoqué par Mme Falconetto était très pertinente, et les ateliers m'ont donné le gout d'aller plus loin dans chacun des domaines explorés.»

 

 

Maud Laporte-Roy, coordonnatrice aux affaires académiques de cycles supérieurs de la FAECUM et étudiante à la maitrise en communication: «La programmation de la journée était extrêmement intéressante, car elle procure des outils qui serviront tant pendant qu'après la durée des études.»

 

 

Jean-Christophe Bélisle-Pipon, doctorant en bioéthique: «J'ai beaucoup apprécié le côté multidisciplinaire de l'École d'été. Elle m'a permis de rencontrer plusieurs étudiants également au doctorat. Les ateliers étaient intéressants et faciles à comprendre. À nous de les mettre en pratique!»

 


 

Séminaires d'insertion professionnelle: une programmation pragmatique

La FESP a profité des deux journées de formation pour lancer la programmation 2013-2014 des séminaires d'insertion professionnelle à l'intention des stagiaires postdoctoraux mais aussi des étudiants inscrits dans un programme de formation en recherche aux cycles supérieurs.

Visant à rehausser leur employabilité par l'acquisition de compétences diversifiées, les séminaires de un crédit chacun porteront, entre autres, sur le réseautage professionnel en ligne, la gestion de projet, la préparation d'une demande de financement, le développement d'habiletés en entrevue avec les médias, etc.

Pour plus d'information sur le sujet, visitez le site de la FESP.