L'UdeM et le Collège Montmorency à pied d'œuvre pour raffiner l'orthoprothèse

  • Forum
  • Le 23 septembre 2013

  • Martin LaSalle

Un étudiant travaille sur une prothèse tibiale.La technologie consacrée à la conception d'orthèses et de prothèses a grandement évolué au cours des dernières années. Paradoxalement, rares sont les technologies qui permettent d'évaluer l'efficacité de ces appareils orthoprothétiques, au-delà de l'expertise et du jugement de l'orthésiste ou du prothésiste clinicien.

 

C'est là le défi que s'affairent à relever ensemble, depuis un an, le Département de kinésiologie de l'Université de Montréal et le département de techniques d'orthèses et de prothèses orthopédiques (TOP) du Collège Montmorency.

«L'objectif est d'élaborer des outils et des protocoles d'évaluation pratiques et conviviaux qui pourront être utilisés non seulement dans un contexte pédagogique, mais aussi dans les cliniques orthoprothétiques», explique François Prince, directeur du Département de kinésiologie de l'UdeM.

Caméras et logiciels au service de l'orthoprothésie

Au cours de la première année du projet, une recension complète des études sur le sujet a été effectuée par Mary Roberts, étudiante au doctorat en kinésiologie à l'Université.

Cette année, le Département de kinésiologie a prêté six caméras OptiTrack au département de TOP pour effectuer des captures d'images en 3D sur la clientèle de la clinique-école d'orthèses et de prothèses orthopédiques du Collège Montmorency. Les enseignants et les étudiants en TOP pourront ainsi utiliser cette technique novatrice.

Les protocoles et les données qui seront enregistrés pourront ensuite être validés avec l'équipement de haute précision installé au campus de l'UdeM à Laval.

François Prince«Ces appareils permettront de valider les variables pertinentes répertoriées dans la revue systématique de la littérature et d'analyser l'efficacité des appareils de mesure du mouvement», spécifie M. Prince.

«Actuellement, nous en sommes à confirmer les instruments numériques qui pourront être employés dans les laboratoires et les cliniques, et nous commençons à tester les protocoles avec les patients», ajoute Robert Archambault, professeur au programme de TOP du Collège Montmorency.

Une fois que la fiabilité et la convivialité de ces outils auront été établies, les nouveaux protocoles seront enseignés et transmis à plus large échelle.

«Les étudiants diplômés du programme favoriseront éventuellement le transfert de ces protocoles d'évaluation vers des entreprises et des laboratoires du milieu de l'orthoprothèse», estime M. Archambault.

Pour François Prince, le projet de collaboration permettra «surtout un échange entre professeurs et un transfert de résultats de recherche universitaire qui auront une influence concrète sur la qualité des appareils orthoprothétiques et, ultimement, sur la qualité de vie des patients».

Martin LaSalle


 

Le programme de TOP du Collège Montmorency: unique au Québec

Accueillant 90 étudiants chaque année, le programme de techniques d'orthèses et de prothèses orthopédiques (TOP) du Collège Montmorency est le seul programme qui mène à la profession d'orthésiste-prothésiste au Québec.

Son expertise est reconnue en matière d'évaluation des besoins des patients ainsi qu'aux chapitres de la conception, de la fabrication, de l'ajustement et de la réparation des orthèses et des prothèses pour des personnes ayant des limitations fonctionnelles ou un handicap physique.

Le Collège dispose aussi d'une clinique-école d'orthèses et de prothèses orthopédiques, qui est un lieu d'interventions multidisciplinaires et de formation clinique. Sous la supervision des professeurs, les étudiants de troisième année du programme y offrent des services de conception et de fabrication d'orthèses en tous genres, ainsi que des services d'aide technique à la posture.


Orthèse ou prothèse?

L'orthèse est un appareil orthopédique qui sert à compenser, immobiliser ou corriger une partie du corps affaiblie ou anormale. La prothèse est destinée à remplacer, en tout ou en partie, un membre amputé, déformé ou mal formé et à lui restituer sa fonction ou son aspect original.

 

{gallery}001/2013-2014/no05/ortheses-protheses{/gallery}



Le Département de kinésiologie multiplie les partenariats