Mikhaïl Davidson, l'homme à tout faire

  • Forum
  • Le 23 septembre 2013

Mikhaïl Davidson, receveur vedette de l’équipe de football des Carabins. (Crédit: James Hajjar)Il est difficile de ne pas remarquer le numéro 88 de l'équipe de football des Carabins. Non seulement on le voit plonger pour saisir un ballon sur l'affiche géante devant le CEPSUM, mais il est également l'un des joueurs les plus actifs à l'attaque au sein des unités spéciales.

 

Mikhaïl Davidson crée des étincelles dès qu'il touche au ballon et il est devenu l'un des favoris de la foule.

Pourtant, le Montréalais de 21 ans n'est pas le receveur vedette typique. À 1,75 m, il est dominé par la grande majorité des demis défensifs du circuit à la ligne de mêlée. Cependant, ceux-ci ont appris à ne pas sous-estimer cet athlète talentueux. Au cours du match d'ouverture au CEPSUM, il a de nouveau fait écarquiller bien des yeux quand il a capté un ballon en tombant à la renverse entre deux adversaires sur un jeu de 45 verges. Il possède ce don de pouvoir réaliser des jeux importants lorsque cela semble impossible.

«Dès que je l'ai vu jouer au collège André-Grasset, j'ai su qu'il avait un bon potentiel, affirme son entraineur-chef Danny Maciocia, qui a été coordonnateur de l'attaque des Phénix en 2010 avant de se joindre à l'équipe des Carabins. C'est un joueur très intelligent qui possède une éthique de travail irréprochable. À première vue, il ne semble pas nécessairement rapide et fort, mais, quand on le voit sur le terrain, on se rend vite compte qu'il joue comme un joueur bien plus grand.»

Mikhaïl Davidson a beaucoup appris du passage de Danny Maciocia à sa dernière année au collège André-Grasset. «Il a amené une grande expérience du football dans l'équipe, se rappelle le receveur. Le football a commencé à être plus facile à jouer. Danny a une solution à tout et il nous a appris à comprendre davantage notre sport.»

Une année exceptionnelle

L'an dernier, à sa deuxième saison, Mikhaïl Davidson s'est révélé l'un des joueurs les plus utiles des Carabins. En plus d'avoir établi le record d'équipe des verges gagnées sur réception avec 622 verges, il est le spécialiste des retours de botté depuis son arrivée chez les Bleus. En verges combinées en 2012, il a amassé un total de 1312 verges, la septième performance de l'histoire du Réseau du sport étudiant du Québec en une saison.

Le jeune homme a toujours tout mis en œuvre pour réussir. Même si l'on s'attend à ce qu'il ait autant de succès cette saison, il ne se met pas de pression outre mesure. «Les entraineurs m'ont toujours dit que la taille ne changeait rien, indique-t-il. J'ai été chanceux de ne jamais avoir eu de problèmes de ce côté-là. C'est le travail qui est important et on me donne tous les outils pour réussir.»

Choisi parmi les capitaines de la formation en début de saison, il tente de prêcher par l'exemple devant ses coéquipiers. Étant de nature réservée, il doit assumer un nouveau rôle.

«J'ai plus de responsabilités envers l'équipe maintenant, mentionne Mikhaïl Davidson. J'essaie de montrer aux jeunes comment ça fonctionne à l'échelon universitaire. Je crois que plus ils comprennent vite, plus ils peuvent aider l'équipe rapidement.»

Son éthique de travail se reflète également dans ses études en économie. Il a déjà prévu de poursuivre à la maitrise à la fin de son baccalauréat. «Je suis très motivé par ce que j'étudie, déclare-t-il. Je ne sais pas encore ce que je veux faire ensuite, mais je sais que je veux aller loin dans mes études.»

Mikhaïl Davidson a beaucoup progressé depuis ses premières passes captées dans la cour de son école primaire. Son amour pour le football n'a jamais faibli et, aujourd'hui, il est un joueur d'influence dans une équipe qui ne vise rien de moins que le championnat universitaire canadien.

Mathieu Dauphinais
Collaboration spéciale