Football : Les Carabins renouent avec la victoire, 30-24 à Sherbrooke

Manuel Crisi-LauzonAprès deux échecs consécutifs marqués par une léthargie en offensive, l’équipe de football des Carabins de l’Université de Montréal a relevé la tête et est allée vaincre le Vert & Or 30 à 24 à Sherbrooke samedi après-midi pour conserver sa deuxième position au classement provincial.

 

Avec deux matchs à disputer en saison régulière, les joueurs en bleu, blanc et noir montrent maintenant une fiche identique aux Gaiters de Bishop’s de quatre victoires et deux revers. Montréal a toutefois l’avantage sur Bishop’s, ayant vaincu ses rivaux de l’Estrie plus tôt cette saison.

« Nous avons retrouvé notre identité en attaque aujourd’hui en étant très efficace au sol et en distribuant bien le ballon, a mentionné l’entraîneur-chef des Carabins, Danny Maciocia. C’est une victoire importante obtenue sur la route avant d’entamer le dernier droit de la saison. Nous avons aussi bien contenu leurs joueurs-clés. »

Le secondeur Antoine Pruneau (Éducation physique et santé) a eu son mot à dire à ce sujet, lui qui a renoué avec sa position de demi de coin des trois dernières saisons pour couvrir le rapide receveur de Sherbrooke Sébastien Blanchard. « Ce fut un match très physique et les deux équipes étaient prêtes à tout pour l’emporter, a-t-il déclaré. On se devait d’aller chercher cette victoire et tout le monde a joué son rôle aujourd’hui », a ajouté celui qui a complété le match avec 4,5 plaqués, deux passes rabattues et une interception.

Son coéquipier Maïko Zepeda (Anthropologie), qui le remplaçait au poste de secondeur, s’est également signalé avec huit plaqués, dont sept en solo.

L’attaque des Carabins a bien fait avec des gains totaux de 467 verges contre 291 pour Sherbrooke. À son deuxième départ de la saison, le quart-arrière Pierre-Luc Varhegyi (Administration, HEC Montréal) a tiré son épingle du jeu en complétant 13 de ses 18 passes pour des gains de 226 verges.

« J’étais stressé au début du match, mais le choix de jeu m’a mis en confiance et nous avons pu nous retrouver souvent avec quelques verges à faire en situation de deuxième essai grâce à notre jeu au sol, a déclaré Varhegyi. On devait enlever de la pression sur les épaules de nos coéquipiers en défensive et nous avons bien travaillé. »

L’avance a changé de côté à six reprises

Sherbrooke a ouvert la marque à la fin d’un premier quart sans histoire. Roch a rejoint Francis Lapointe qui a effectué un superbe plongeon dans le coin de la zone des buts pour inscrire le touché sur un jeu de sept verges. Les Bleus se sont inscrits au pointage au début du deuxième engagement suite à un touché de sûreté accordé par les Verts. L’attaque des Montréalais a ensuite commencé à sortir de sa torpeur et le botteur Félix Ménard-Brière (Arts et sciences) a réalisé son plus long placement de la saison, sur 41 verges.

Dès le jeu suivant, Pruneau a intercepté Roch de brillante façon et Varhegyi en a profité pour se mettre en évidence. Après avoir complété des passes de 23 et 37 verges à Philip Enchill (Enseignement du français langue seconde) et Maxime Fournier Rioux (Arts et sciences), Varhegyi a couru sur sept verges. Sean Thomas-Erlington (Éducation physique et santé) a complété le travail avec une course de trois verges pour donner les devants aux Carabins 12-7. Le Vert & Or a répliqué de façon semblable pour mener 14-12 avant de retraiter au vestiaire. Olivier Goulet-Veilleux a intercepté Varhegyi à son tour et Roch a suivi avec une passe à Sébastien Blanchard qui a atteint la zone payante avec une course spectaculaire sur un jeu de 34 verges.

Thomas-Erlington est revenu à la charge quelques minutes après la reprise des hostilités et a atteint la zone des buts pour redonner une avance de 19-14 aux Bleus avec son deuxième touché du match, son sixième depuis le début de la campagne. Vers la fin du troisième quart, Sherbrooke a repris les devants 21-19 suite à une course d’une verge d’Isaac Lauzon après avoir amorcé sa série offensive à sa ligne de 12 verges.

Crisi-Lauzon : moyenne de 9,2 verges par course

Venu en relève à Thomas-Erlington, coupé à une jambe à mi-chemin du troisième engagement, le porteur de ballon Manuel Crisi-Lauzon (Arts et sciences) s’est alors mis en marche et a offert tout un spectacle. Grâce à plusieurs longues courses, Crisi-Lauzon a permis à l’attaque des Bleus de passer beaucoup de temps sur le terrain et inscrire onze autres points, dont un touché de Varhegyi sur une faufilade d’une verge. Ménard-Brière a ajouté un simple et un placement de 22 verges. Maxime St-Onge a marqué les autres points des Verts avec un placement de 10 verges en fin de rencontre.

À sa première saison sur le circuit universitaire, Crisi-Lauzon a connu son meilleur match en carrière avec 185 verges de gain au sol en seulement 20 courses pour une impressionnante moyenne de 9,2 verges par portée.

« Je tiens à donner beaucoup de crédit à notre ligne offensive, je n’avais qu’à profiter des ouvertures que les gars créaient devant moi, a mentionné Crisi-Lauzon, un colosse de 5 pieds neuf pouces et 235 livres. On est très content que notre attaque ait contribué de nouveau ».

Le week-end prochain sera synonyme de relâche sur le circuit de football universitaire québécois alors que toutes les équipes profiteront d’un moment de répit. Les Carabins seront de retour en action le samedi 19 octobre en rendant visite aux Redmen à McGill.

 

 

Relations avec les médias:
Benoit Mongeon
Coordonnateur des communications
Carabins de l'Université de Montréal
514-343-6458
Cellulaire : 514-232-4420